Galerie des fossiles

Accueil > Galerie des fossiles > Sphenothallus

Sphenothallus sp.

Animal tubulaire rare en forme de courroie

Sphenothallus sp. (GSC 134789). Fragment d'un grand spécimen montrant des épaississements longitudinaux clairement différenciés près de la zone d'ouverture (à droite). Un brachiopode du genre Micromitra (Dictyonina) est attaché à la partie inférieure du tube. Longueur approximative du spécimen = 50 mm. Spécimen sec, lumière directe. Couches à trilobites sur le mont Stephen.

© Commission géologique du Canada. Photo : Jean-Bernard Caron

Média 1 des 3 pour Sphenothallus sp. Photo
Média 2 des 3 pour Sphenothallus sp. Photo
Média 3 des 3 pour Sphenothallus sp. Photo

Taxonomie

Règne :

Animal

Embranchement :

Cnidaires ?

Classe :

Clade non classé (groupe souche des cnidaires)

Affinité :

Sphenothallus a été comparé à certaines formes de vers annélidés tubicoles ou au stade sessile d'une scyphoméduse, qui aurait synthétisé des tubes chitineux fuselés pour s'agripper au substratum par l'intermédiaire d'un disque d'attache (Van Iten et al., 2002).

Nom d'espèce :

Sphenothallus sp.

Nom du descripteur :

Van Iten et al.

Date de la description :

2002

Étymologie :

Sphenothallus – du grec sphên, « cale »,et thallos, « branche ».

Nom de l'espèce non déterminé.

Spécimens types :

Non applicable

Autres espèces :

Schistes de Burgess et environs : de nombreuses similarités suggèrent que d'autres fossiles à thèque des schistes de Burgess, comme Byronia annulata, Cambrorhytium major, C. fragilis et Tubulella flagellum, seraient apparentés à Sphenothallus sp.

Autres dépôts : d'autres espèces sont représentées dans les roches des périodes cambrienne à silurienne. Sphenothallus est également connu d'après l'étude de spécimens de la formation de Kaili (Zhu et col., 2000).

Haut de la page

Âge

Periode :

Cambrien moyen, zone à Bathyuriscus-Elrathina (environ 505 millions d'années).

Haut de la page

Sites

Sites principaux :

Couches à trilobites sur le mont Stephen.

Haut de la page

Histoire de la recherche

Bref historique de la recherche :

Deux spécimens provenant des couches à trilobites ont été illustrés en 2002 (Van Iten et al.). Au printemps 2010, un troisième spécimen initialement non reconnu a été identifié dans les collections de la Commission géologique du Canada à Ottawa (collection Billings). En raison du faible degré de variations morphologiques entre espèces, il est actuellement impossible de placer la forme des schistes de Burgess au sein d'une espèce sans disposer de spécimens mieux conservés.

Haut de la page

Description

Morphologie :

Le tube chitino-phosphatique (thèque) de Sphenothallus consiste en épaississements longitudinaux particulièrement évidents près de l'ouverture de l'organisme. Ce tube, légèrement incurvé, ne semble pas se subdiviser. Le diamètre maximal du plus grand spécimen atteint 4 mm, pour une longueur d'environ 75 mm. Une fine paroi est présente entre les épaississements longitudinaux; elle se termine par une marge lisse près de l'ouverture, soit quelques millimètres au-delà des épaississements. La section du tube, très mince, est plus ou moins circulaire dans la région apicale, où les épaississements sont moins différenciés. La surface de l'organisme au complet est lisse et ne présente aucune apparence de crêtes ou d'anneaux. Les extrémités apicales des trois spécimens considérés manquent; rien ne permet de penser qu'ils étaient dotés d'un système d'ancrage. De plus, aucun tissu mou n'a été conservé.

Abondance :

Connu uniquement à partir de trois spécimens des couches à trilobites sur le mont Stephen.

Taille maximum :

75 mm

Haut de la page

Écologie

Mode de vie :

Épibenthique, sessile

Mode d'alimentation :

Carnivore, suspensivore

Interprétations écologiques :

La thèque de Sphenothallus s'attachait vraisemblablement au substratum par l'intermédiaire d'un disque apical, à l'instar d'autres espèces mieux connues. L'absence de tissus mous conservés rend hypothétique l'attribution d'un comportement alimentaire particulier. Mais par analogie avec des formes possiblement apparentées, telles que Cambrorhytium, un régime carnivore ou suspensivore est concevable.

Haut de la page

Références

Bibliographie :

VAN ITEN, H., M.-Y. ZHU AND D. COLLINS. 2002. First report of Sphenothallus Hall, 1847 in the Middle Cambrian. Journal of Paleontology, 76: 902-905.

ZHU, M.-Y., H. VAN ITEN, R. S. COX, Y.-L. ZHAO AND B.-D. ERDTMANN. 2000. Occurrence of Byronia Matthew and Sphenothallus Hall in the Lower Cambrian of China. Paläontologische Zeitschrift, 74: 227-238.

Autres liens :

Aucun

Haut de la page