Galerie des fossiles

Accueil > Galerie des fossiles > Stanleycaris

Stanleycaris hirpex

Anomalocaride à appendice frontal hérissé d'épines dorsales bifides

Stanleycaris hirpex (ROM 59944) – Holotype (empreinte et contre-empreinte). Pince. Longueur du spécimen = 29 mm. Spécimen sec, lumière polarisée. Glacier Stanley.

© Musée royal de l'Ontario. Photos : Jean-Bernard Caron

Média 1 des 4 pour Stanleycaris hirpex Photo
Média 2 des 4 pour Stanleycaris hirpex Photo
Média 3 des 4 pour Stanleycaris hirpex Photo
Média 4 des 4 pour Stanleycaris hirpex Photo

Taxonomie

Règne :

Animal

Embranchement :

Arthropodes

Classe :

Dinocarida (Ordre : Radiodonta, groupe souche des arthropodes)

Affinité :

Stanleycaris est un anomalocaride étroitement apparenté à Hurdia et à Laggania. Les anomalocarides ont été considérés comme des euarthropodes de la lignée souche (p. ex., Daley et al., 2009), des taxons basaux des arthropodes chélicérates (p. ex., Chen et al., 2004) et des représentants d'un groupe-frère des arthropodes (p. ex., Hou et al., 2006).

Nom d'espèce :

Stanleycaris hirpex

Nom du descripteur :

Caron et al.

Date de la description :

2010

Étymologie :

Stanleycaris – d'après le glacier Stanley, situé à 40 kilomètres au sud-est des schistes de Burgess, dans le parc national du Canada Kootenay, d'où proviennent les fossiles, et du latin caris, « crevette ». Le glacier a été nommé en l'honneur de Frederick Arthur Stanley (1841-1908), sixième gouverneur général du Canada.

hirpex – du latin hirpex, « herse », en référence à l'appendice en la forme de râteau de l'animal.

Spécimens types :

Holotype – ROM 59944 conservé dans la collection du Musée royal de l'Ontario, Toronto, Canada.

Autres espèces :

Schistes de Burgess et environs : aucune.

Autres dépôts : aucune.

Haut de la page

Âge

Periode :

Cambrien moyen, zone à Bathyuriscus-Elrathina (environ 505 millions d'années).

Haut de la page

Sites

Sites principaux :

Glacier Stanley dans le parc national du Canada Kootenay.

Haut de la page

Histoire de la recherche

Bref historique de la recherche :

Les premiers fossiles de l'espèce ont été prélevés par le Musée royal de l'Ontario dans des pentes d'éboulis, en 1996, mais c'est seulement en 2008, au cours d'une expédition plus importante, que des spécimens ont été découverts dans leur contexte stratigraphique. Une description de ce nouveau genre et espèce a été faite peu de temps après (Caron et al., 2010).

Haut de la page

Description

Morphologie :

Stanleycaris est connu d'après des appendices préhensiles trouvés en paires ou isolément et des assemblages de fossiles désarticulés. L'animal complet mesurait peut-être 15 cm de long. Les appendices préhensiles, longs de 1,2 à 3 cm, comprennent onze segments (ou podomères), dont cinq (segments 2 à 6) portent cinq lames ventrales épineuses. Ces mêmes segments sont également hérissés de fortes épines dorsales bifides dont la taille s'amenuise progressivement vers l'extrémité distale des appendices. La plus longue de ces robustes épines est généralement deux à trois fois plus courte que les lames ventrales. Le dernier segment porte trois épines terminales courbées. Les pièces buccales se présentent sous la forme de petits cercles de plaques dentées entourant une ouverture centrale carrée. Les assemblages de fossiles sont piètrement conservés, et celui qui est dans le meilleur état consiste en une paire d'appendices préhensiles, une pièce buccale et les restes de ce qui pourrait être des parties d'une carapace ou des structures branchiales.

Abondance :

L'espèce, relativement rare, n'a été trouvée qu'à proximité du glacier Stanley.

Taille maximum :

150 mm

Haut de la page

Écologie

Mode de vie :

Nectonique, nectobenthique, mobile

Mode d'alimentation :

Carnivore

Interprétations écologiques :

Considéré comme un prédateur ou un charognard d'après la morphologie de ses appendices frontaux et de ses pièces buccales, Stanleycaris utilisait peut-être ses lames ventrales pectinées pour capturer de petites proies ou brasser des carcasses à l'interface eau-sédiments et dans la boue floculée.

Haut de la page

Références

Bibliographie :

CARON, J.-B., R. GAINES, G. MANGANO, M. STRENG AND A. DALEY. 2010. A new Burgess Shale-type assemblage from the "thin" Stephen Formation of the Southern Canadian Rockies. Geology, 38(9): 811-814.

CHEN, J. Y., L. RAMSKÖLD AND G. Q. ZHOU. 1994. Evidence for monophyly and arthropod affinity of Cambrian giant predators. Science, 264: 1304-1308.

CHEN, J. Y., D. WALOSZEK AND A. MAAS. 2004. A new 'great-appendage' arthropod from the Lower Cambrian of China and homology of chelicerate chelicerae and raptorial antero-ventral appendages. Lethaia, 37: 3-20.

DALEY, A. C., G. E. BUDD, J. B. CARON, G. D. EDGECOMBE AND D. COLLINS. 2009. The Burgess Shale anomalocaridid Hurdia and its significance for early euarthropod evolution. Science, 323: 1597-1600.

HOU, X., J. BERGSTRÖM AND P. AHLBERG. 1995. Anomalocaris and other large animals in the Lower Cambrian Chengjiang fauna of Southwest China. GFF, 117: 163-183.

Autres liens :

http://geology.geoscienceworld.org/cgi/content/full/38/9/811?ijkey=ZQFY537sTggAw&keytype=ref&siteid=gsgeology

Haut de la page