Galerie des fossiles

Takakkawia lineata

Éponge conique à extensions lamelliformes

Reconstitution de Takakkawia lineata.

© Marianne Collins

Média 1 des 5 pour Takakkawia lineata Modèle 2D
Média 2 des 5 pour Takakkawia lineata Photo
Média 3 des 5 pour Takakkawia lineata Photo
Média 4 des 5 pour Takakkawia lineata Photo
Média 5 des 5 pour Takakkawia lineata Photo

Taxonomie

Règne :

Animal

Embranchement :

Porifères

Classe :

Démosponges (Ordre : Monaxonides)

Affinité :

Takakkawia est considéré comme un genre de démosponge primitif (Rigby, 1986). Les démosponges, qui comprennent les éponges de toilette, forment aujourd'hui la plus importante classe d'éponges.

Nom d'espèce :

Takakkawia lineata

Nom du descripteur :

Walcott

Date de la description :

1920

Étymologie :

Takakkawia – d'après les chutes Takakkaw, deuxièmes plus hautes au Canada, dans le parc national du Canada Yoho, Colombie-Britannique. Les chutes, baptisées en 1897 par Cornelius Van Horne, doivent leur nom au mot nakoda signifiant « magnifique ».

lineata – du latin lineatus, « ligné », en référence aux éléments lamelliformes distinctifs de l'éponge.

Spécimens types :

Lectotype – USNM 66539 conservé au Musée national d'histoire naturelle de la Smithsonian Institution, Washington, D.C., États-Unis.

Autres espèces :

Schistes de Burgess et environs : aucune.

Autres dépôts : aucune.

Haut de la page

Âge

Periode :

Cambrien moyen, zone à Bathyuriscus-Elrathina Zone (environ 505 millions d'années).

Haut de la page

Sites

Sites principaux :

Carrières Walcott et Raymond sur la crête aux Fossiles, couches à tulipes (S7) sur le mont Stephen et autres sites moins importants sur le mont Field.

Haut de la page

Histoire de la recherche

Bref historique de la recherche :

Walcott a décrit Takakkawia dans son article sur les éponges des schistes de Burgess publié en 1920. Le genre a été décrit de nouveau par Rigby en 1986, puis par Rigby et Collins (2004) d'après de nouveaux spécimens recueillis par le Musée royal de l'Ontario.

Haut de la page

Description

Morphologie :

Éponge de forme conique allongée parcourue de huit extensions lamelliformes rigides saillant radialement de la paroi à partir d'une base pointue. Ces extensions sont composées de fins spicules verticaux; leur partie intérieure est reliée à de longs spicules formant des structures à la manière de rubans. Ces structures sont à leur tour reliées par des bouquets horizontaux de spicules déterminant un motif en forme d'échelle. La plupart des spicules sont monoaxiaux (simples et allongés), mais certains pourraient avoir trois pointes. Les huit extensions lamellaires forment des pointes effilées orientées vers l'extérieur à partir du bord de l'oscule (orifice au sommet de l'éponge). Cette éponge possédait vraisemblablement une grande cavité centrale (spongocoele).

Abondance :

Takakkawia est rare dans la majorité des sites, mais abonde dans la carrière Walcott, où il forme 2,61 % de la faune (Caron et Jackson, 2008).

Taille maximum :

40 mm

Haut de la page

Écologie

Mode de vie :

Épibenthique, sessile

Mode d'alimentation :

Suspensivore

Interprétations écologiques :

Takakkawia était ancré au fond marin. Les particules de matière organique étaient extraites de l'eau lors de leur passage dans les canaux de sa paroi.

Haut de la page

Références

Bibliographie :

CARON, J.-B. AND D. A. JACKSON. 2008. Paleoecology of the Greater Phyllopod Bed community, Burgess Shale. Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 258: 222-256.

RIGBY, J. K. 1986. Sponges of the Burgess shale (Middle Cambrian), British Columbia. Palaeontographica Canadiana, 2: 105 p.

RIGBY, J. K. AND D. COLLINS. 2004. Sponges of the Middle Cambrian Burgess Shale and Stephen Formations, British Columbia. Royal Ontario Museum Contributions in Science (1): 155 p.

WALCOTT, C. D. 1920. Middle Cambrian Spongiae. Cambrian Geology and Paleontology IV. Smithsonian Miscellaneous Collections, 67(6): 261-365.

Autres liens :

Aucun

Haut de la page