Galerie des fossiles

Tegopelte gigas

Arthropode géant ressemblant à un trilobite

Tegopelte gigas (USNM 189201) – Holotype. Spécimen complet présentant des antennes et des appendices partiellement disséqués près du dos. Longueur du spécimen = 270 mm. Spécimen sec, lumière directe (image du haut) et lumière polarisée (image du bas). Carrière Walcott.

© Smithsonian Institution – Musée national d'histoire naturelle. Photos : Jean-Bernard Caron

Média 1 des 1 pour Tegopelte gigas Photo

Taxonomie

Règne :

Animal

Embranchement :

Arthropodes

Classe :

Clade non classé (groupe souche des arthropodes)

Affinité :

Tegopelte est habituellement comparé aux « trilobites » à corps mou comme Naraoia et Saperion, mais la relation phylogénétique exacte entre les trois taxons précités et les trilobites à carapace minéralisée est incertaine (Whittington, 1977). Les tégopeltidés et d'autres arthropodes ressemblant aux trilobites, auxquels il est parfois fait référence avec la classe Trilobitoidea, peuvent être groupés avec les trilobites pour former la superclasse Lamellipedia (Hou et Bergström, 1997; Wills et al., 1998; Edgecombe et Ramsköld, 1999). Ce groupe a été placé de diverses manières: dans la lignée souche supérieure des arthropodes (Budd, 2002), dans la lignée souche des mandibulates (Scholtz et Edgecombe, 2006) ou dans la lignée souche des chélicérates (Cotton et Braddy, 2004).

Nom d'espèce :

Tegopelte gigas

Nom du descripteur :

Simonetta and Delle Cave

Date de la description :

1975

Étymologie :

Tegopelte – du grec tegos, « tuile »,et pelte, « bouclier en cuir », en référence à la forme du bouclier dorsal de l'animal.

gigas – du grec gigas, « géant », en référence à la grande taille de l'animal.

Spécimens types :

Holotype – USNM 189201, Musée national d'histoire naturelle de la Smithsonian Institution, Washington, D.C., États-Unis.

Autres espèces :

Schistes de Burgess et environs : aucune.

Autres dépôts : aucune.

Haut de la page

Âge

Periode :

Cambrien moyen, zone à Bathyuriscus-Elrathina (environ 505 millions d'années).

Haut de la page

Sites

Sites principaux :

Carrière Walcott sur la crête aux Fossiles.

Haut de la page

Histoire de la recherche

Bref historique de la recherche :

Tegopelte a été décrit pour la première fois par Simonetta et Delle Cave (1975) à partir de seulement deux spécimens d'assez grandes dimensions. Les chercheurs ont fait état d'un céphalon doté de six ou sept paires d'appendices locomoteurs, d'un thorax à quatre tergites – chaque tergite portant cinq appendices – et d'un segment caudal accueillant dix appendices. Examinant l'animal à nouveau, Whittington (1985) a réduit le nombre d'appendices céphaliques à trois et n'a dénombré que trois tergites thoraciques, chacune associée à trois appendices. En ce qui concerne la région caudale, la reconstitution de Whittington (1985) présente 2 segments accueillant 20 appendices au total. Un examen ultérieur (Ramsköld et al., 1996) suggère que le corps ne porte pas de tergites, mais plutôt un bouclier dorsal indivis. Tegopelte a été groupé avec Saperion, taxon de la faune de Chengjiang, pour former la famille Tegopeltidae (Ramsköld et al., 1996; Hou et Bergström, 1997), clade confirmé ultérieurement par une analyse cladistique (Edgecombe et Ramsköld, 1999; Hendricks et Lieberman, 2008).

Haut de la page

Description

Morphologie :

Dorsalement, la morphologie de Tegopelte consiste en un bouclier ovoïde et allongé, exempt de motifs et indivis. La longueur des deux spécimens connus est de 25,7 cm et de 27 cm, ce qui fait de l'animal l'un des plus grands arthropodes des schistes de Burgess. Sa morphologie ventrale consiste en une paire d'antennes frontales comptant plusieurs articles, puis une série d'environ 33 membres biramés, qui sont identiques et répartis tout le long du corps. Les membres biramés possèdent une branche locomotrice constituée de six segments (le dernier se terminant en une paire d'épines) et une branche filamenteuse constituée de nombreuses petites lames allongées attachées à une hampe centrale. La taille de ces membres décroît vers l'extrémité postérieure du corps.

Abondance :

Tegopelte est extrêmement rare, avec seulement deux spécimens recensés.

Taille maximum :

270 mm

Haut de la page

Écologie

Mode de vie :

Épibenthique, nectobenthique, mobile

Mode d'alimentation :

Inconnu

Interprétations écologiques :

Les nombreux appendices locomoteurs de Tegopelte suggèrent qu'il passait la plupart de son temps à marcher sur le plancher sous-marin. Les branches segmentées de ses appendices biramés lui permettaient de marcher; les branches filamenteuses, d'extraire l'oxygène de l'eau et de se propulser lors de brèves périodes de nage. Ses antennes étaient vraisemblablement sensorielles. En l'absence d'yeux, de glandes intestinales et d'appendices alimentaires fossilisés, il est difficile d'attribuer un comportement alimentaire à Tegopelte.

Haut de la page

Références

Bibliographie :

BUDD, G. E. 2002. A palaeontological solution to the arthropod head problem. Nature, 417: 271-275.

COTTON, T. J. AND S. J. BRADDY. 2004. The phylogeny of arachnomorph arthropods and the origin of the Chelicerata. Transactions of the Royal Society of Edinburgh: Earth Sciences, 94: 169-193.

SCHOLTZ, G. AND G. D. EDGECOMBE. 2006. The evolution of arthropod heads: reconciling morphological, developmental and palaeontological evidence. Development Genes and Evolution, 216: 395-415.

EDGECOMBE, G. D. and L. RAMSKÖLD. 1999. Relationships of Cambrian Arachnata and the systematic position of Trilobita. Jounral of Paleontology, 73: 263-287.

HENDRICKS, J. R. AND B. S. LIEBERMAN. 2008. New phylogenetic insights into the Cambrian radiation of arachnomorph arthropods. Journal of Paleontology, 83: 585-594.

HOU, X. AND J. BERGSTRÖM. 1997. Arthropods of the Lower Cambrian Chengjiang fauna, southwest China. Fossils and Strata, 45: 1-116.

RAMSKÖLD, L., J. CHEN, G. D. EDGECOMBE AND G. ZHOU. 1996. Preservational folds simulating tergite junctions in tegopeltid and naraoiid arthropods. Lethaia, 29: 15-20.

SIMONETTA, A. M. AND L. DELLE CAVE. 1975. The Cambrian non-trilobite arthropods from the Burgess shale of British Columbia: A study of their comparative morphology, taxonomy and evolutionary significance. . Palaeontographia Italica, 69: 1-37.

WHITTINGTON, H. B. 1977. The Middle Cambrian trilobite Naraoia, Burgess Shale, British Columbia. Philosophical Transactions of the Royal Society of London, B, 280: 409-443.

WHITTINGTON, H. B. 1985. Tegopelte gigas, a second soft-bodied trilobite from the Burgess Shale, Middle Cambrian, British Columbia. Journal of Paleontology, 59: 1251-1274.

WILLS, M. A., D. E. G. BRIGGS, R. A. FORTEY, M. WILKINSON AND P. H. A. SNEATH. 1998. An arthropod phylogeny based on fossil and recent taxa, p. 33-105. In G. D. Edgecombe (ed.), Arthropod fossils and phylogeny. Columbia University Press, New York.

Autres liens :

Aucun

Haut de la page