Galerie des fossiles

Accueil > Galerie des fossiles > Thaumaptilon

Thaumaptilon walcotti

Organisme énigmatique ressemblant à une plume

Thaumaptilon walcotti (USNM 468028) – Holotype (empreinte et contre-empreinte). Spécimen complet, mesurant 212 mm de hauteur. Images des extrémités : spécimen sec, lumière directe; images du centre : spécimen humide, lumière polarisée. Carrière Walcott.

© Smithsonian Institution – Musée national d'histoire naturelle. Photos : Jean-Bernard Caron

Média 1 des 1 pour Thaumaptilon walcotti Photo

Taxonomie

Règne :

Animal

Embranchement :

Cnidaires ?

Classe :

Clade non classé (groupe souche des cnidaires)

Affinité :

Thaumaptilon a initialement été décrit comme un représentant cambrien en forme de fronde du biote d'Édiacara apparenté aux cnidaires, en particulier aux pennatulacées (plumes de mer), groupe d'anthozoaires modernes (Conway Morris, 1993). Cette classification ne fait plus consensus (Antcliffe et Brasier, 2008), et Thaumaptilon a depuis été mentionné comme un lien essentiel entre les organismes en forme de fronde d'Édiacara et les cténophores (Dzik, 2002). La découverte de fossiles similaires dans le biote de Chengjiang appuie la classification du genre au sein du groupe souche des cnidaires (c.-à-d. groupe plus primitif que les anthozoaires) (Shu et al., 2006).

Nom d'espèce :

Thaumaptilon walcotti

Nom du descripteur :

Conway Morris

Date de la description :

1993

Étymologie :

Thaumaptilon – du grec thauma, « merveilleux », et ptilon, « plume légère », en référence à l'aspect plumacé de l'animal.

walcotti – en l'honneur de Charles Walcott, découvreur des schistes de Burgess.

Spécimens types :

Holotype – USNM 468028 conservé au Musée national d'histoire naturelle de la Smithsonian Institution, Washington, D.C., États-Unis.

Autres espèces :

Schistes de Burgess et environs : aucune.

Autres dépôts : aucune.

Haut de la page

Âge

Periode :

Cambrien moyen, zone à Bathyuriscus-Elrathina (environ 505 millions d'années).

Haut de la page

Sites

Sites principaux :

Carrière Walcott sur la crête aux Fossiles

Haut de la page

Histoire de la recherche

Bref historique de la recherche :

Walcott a étudié et photographié Thaumaptilon, mais il n'a jamais publié le résultat de ses travaux. Conway Morris a fait une description formelle des spécimens fossiles en 1993, après y avoir fait allusion dans des travaux antérieurs (1979; 1989; 1990).

Haut de la page

Description

Morphologie :

Thaumaptilon est un organisme à symétrie bilatérale en forme de fronde oblongue plumeuse. Il se présente sous la forme d'un axe central ramifié en branches latérales, qui semblent reliées les unes aux autres par d'étroits canaux. Il vivait fixé au fond marin par un crampon émoussé. Des trois spécimens connus, le plus grand atteint 21 cm de hauteur et 5 cm de largeur, tandis que les deux autres, présumés juvéniles, ne mesurent quelques centimètres de long. La fronde, aplatie et légèrement effilée vers son extrémité, est constituée d'environ trois douzaines de branches fixées à l'axe central selon un angle de 45 degrés. Sa croissance s'opérait principalement par expansion, peut-être par l'addition de branches à partir de bourgeons apicaux. Contrairement à celles des plumes de mer modernes, les branches de Thaumaptilon sont rattachées à une base commune. Les lignes de pustules présentes sur un côté de la fronde ont été interprétées comme des zooïdes contractés (individus d'une espèce coloniale) répartis de façon très aléatoire en comparaison des cils des plumes de mer modernes.

Abondance :

Seulement trois spécimens sont connus.

Taille maximum :

210 mm

Haut de la page

Écologie

Mode de vie :

Épibenthique, sessile

Mode d'alimentation :

Suspensivore

Interprétations écologiques :

Le crampon servait vraisemblablement à fixer l'organisme aux sédiments meubles des fonds marins et pouvait peut-être se contracter pour modifier la hauteur et l'angle de la fronde. Si les pustules étaient effectivement des zooïdes, Thaumaptilon était un organisme suspensivore au mode de vie colonial. Selon Conway Morris (1998), cet animal pouvait rétracter son corps dans sa tige en cas de danger.

Haut de la page

Références

Bibliographie :

ANTCLIFFE, J. B. AND M. D. BRASIER. 2008. Charnia at 50: Developmental models for Ediacaran fronds. Palaeontology, 51(1): 11-26.

CONWAY MORRIS, S. 1979. The Burgess Shale (Middle Cambrian) fauna. Annual Review of Ecology and Systematics, 10(1): 327-349.

CONWAY MORRIS, S. 1989. Burgess Shale faunas and the Cambrian explosion. Science, 246(4928): 339.

CONWAY MORRIS, S. 1990. Late Precambrian and Cambrian soft-bodied faunas. Annual Review of Earth and Planetary Sciences, 18(1): 101-122.

CONWAY MORRIS, S. 1993. Ediacaran-like fossils in Cambrian Burgess Shale-type faunas of North America. Palaeontology, 36(3): 593-635.

CONWAY MORRIS, S. 1998. The Crucible of Creation, the Burgess Shale and the Rise of Animals. Oxford University Press, 242 p.

SHU, D. G., S. CONWAY MORRIS, J. HAN, Y. LI, X. L. ZHANG, H. HUA, Z. F. ZHANG, J. N. LIU, J. F. GUO, Y. YAO AND K. YASUI. 2006. Lower Cambrian vendobionts from China and early diploblast evolution. Science, 312(5774): 731-734.

Autres liens :

http://paleobiology.si.edu/burgess/thaumaptilon.html

Haut de la page