Galerie des fossiles

Pagetia bootes

Trilobite de très petite taille doté d'yeux minuscules

Pagetia bootes (ROM 60756). Individu complet. Longueur du spécimen = 4,5 mm. Spécimen sec, lumière directe (image de gauche); spécimen enduit d'un sublimé de chlorure d'ammonium amplifiant les détails (image de droite). Carrière Walcott.

© Musée royal de l'Ontario. Photos : Jean-Bernard Caron

Média 1 des 4 pour Pagetia bootes Photo
Média 2 des 4 pour Pagetia bootes Photo
Média 3 des 4 pour Pagetia bootes Photo
Média 4 des 4 pour Pagetia bootes Photo

Taxonomie

Règne :

Animal

Embranchement :

Arthropodes

Classe :

Trilobites (Ordre : Agnostida)

Affinité :

Les trilobites sont des euarthropodes éteints, probablement des représentants de la lignée souche des mandibulés, qui regroupent les crustacés, les myriapodes et les hexapodes (Scholtz et Edgecombe, 2006).

Nom d'espèce :

Pagetia bootes

Nom du descripteur :

Walcott

Date de la description :

1916

Étymologie :

Pagetia – origine indéterminée; probablement d'après le pic Paget (2 565 m), situé dans le parc national du Canada Yoho, nommé en l'honneur du très révérend Dean Paget, membre fondateur du Club Alpin du Canada, qui en a fait la première ascension officielle en 1904.

bootes – origine indéterminée; probablement du grec Boώτης (Boötes), « bouvier » ou « laboureur »; également le nom de la constellation boréale du Bouvier.

Spécimens types :

Syntypes (P. bootes) – USNM 62855-62861; holotype (P. walcotti) – USNM 146310 conservés au Musée national d'histoire naturelle de la Smithsonian Institution, Washington, D.C., États-Unis.

Autres espèces :

Schistes de Burgess et environs : P. walcotti Rasetti, 1966

Autres dépôts : nombreuses espèces dans les roches du Cambrien inférieur et moyen partout dans le monde.

Haut de la page

Âge

Periode :

Cambrien moyen, zone à Bathyuriscus-Elrathina (environ 505 millions d'années)

Haut de la page

Sites

Sites principaux :

Carrières Walcott et Raymond sur la crête aux Fossiles; couches à trilobites sur le mont Stephen.

Haut de la page

Histoire de la recherche

Bref historique de la recherche :

Walcott (1916) n'a publié qu'une très brève description de l'espèce lorsqu'il l'a nommée et illustrée pour la première fois. Rasetti en a fait une description exhaustive en 1966, en même temps que celle d'une nouvelle espèce provenant des schistes de Burgess, P. walcotti.

Haut de la page

Description

Morphologie :

Parties dures: l'exosquelette dorsal adulte mesure environ 10 mm de long, épine pygidiale comprise. Le céphalon est hémisphérique; l'étroite bordure céphalique présente des sillons autour de la marge frontale. La glabelle est étroite, pointant vers l'avant, avec de faibles resserrements latéraux; une épine délicate (habituellement brisée et manquante) se prolonge vers l'arrière depuis l'anneau occipital. Des yeux minuscules sont situés à l'extrémité de courtes joues étroites bordées de sutures faciales propariennes. Le thorax est composé de deux segments. Le pygidium est approximativement de la même taille et de la même forme que le céphalon, avec un axis étroit composé de cinq anneaux et d'une partie terminale portant une mince épine inclinée postérieurement (souvent brisée). Chez certains spécimens, le pygidium porte des sillons pleuraux peu prononcés.

P. walcotti est très semblable à P. bootes, mais son exosquelette dorsal est parsemé de fins granules.

Anatomie non minéralisée – inconnue.

Abondance :

P. bootes est très commun dans la carrière Walcott (troisième trilobite en importance, avec au moins 1 000 spécimens observés, Caron et Jackson, 2008), ce qui a incité Rasetti (1951) à définir la « faunule Pagetia bootes » comme l'assemblage classique de fossiles à carapace associé à un biote à corps mou exceptionnellement bien conservé. Son voisin P. walcotti est très rare.

Taille maximum :

10 mm

Haut de la page

Écologie

Mode de vie :

Épibenthique, mobile

Mode d'alimentation :

Herbivore ou dépositivore

Interprétations écologiques :

Les trilobites adultes Eodiscina étaient des membres de l'épifaune benthique mobile. À l'instar de leurs cousins et voisins Agnostina, ils étaient peut-être des microbrouteurs ou des dépositivores adaptés à des eaux plus froides et profondes, au large des côtes.

Haut de la page

Références

Bibliographie :

CARON, J.-B. AND JACKSON, D. A. 2008. Paleoecology of the Greater Phyllopod Bed community, Burgess Shale. Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 258:222-256.

RASETTI, F. 1951. Middle Cambrian stratigraphy and faunas of the Canadian Rocky Mountains. Smithsonian Miscellaneous Collections, 116(5):277 p.

RASETTI, F. 1966. Revision of the North American species of the Cambrian trilobite genus Pagetia. Journal of Paleontology, 40:502-511.

SCHOLTZ, G. AND G. D. EDGECOMBE. 2006. The evolution of arthropod heads: reconciling morphological, developmental and palaeontological evidence. Development Genes and Evolution, 216:395-415.

WALCOTT, C. D. 1916. Cambrian trilobites. Smithsonian Miscellaneous Collections, 64(5):301-456.

Autres liens :

http://www.trilobites.info/ordagnostida.htm

2D reconstruction - see: http://www.trilobites.info/galagnostida.htm

Haut de la page