Galerie des fossiles

Xanioascus canadensis

Méduse à peigne sacciforme portant 24 rangées de cils.

Reconstitution de Xanioascus canadensis.

© Marianne Collins

Média 1 des 4 pour Xanioascus canadensis Modèle 2D
Média 2 des 4 pour Xanioascus canadensis Photo
Média 3 des 4 pour Xanioascus canadensis Photo
Média 4 des 4 pour Xanioascus canadensis Photo

Taxonomie

Règne :

Animal

Embranchement :

Cténophores

Classe :

Clade non classé (groupe souche des cténophores)

Affinité :

Xanioascus est considéré comme un cténophore très primitif appartenant peut-être au groupe souche (Conway Morris et Collins, 1996).

Nom d'espèce :

Xanioascus canadensis

Nom du descripteur :

Conway Morris and Collins

Date de la description :

1996

Étymologie :

Xanioascus – du grec xanion, « peigne », en référence à la forme des rangées de cils, et askos, « outre en cuir ».

canadensis – de Canada, pays où se trouvent les schistes de Burgess.

Spécimens types :

Holotype – ROM 43186 conservé au Musée Royal de l'Ontario, Toronto, Canada.

Autres espèces :

Schistes de Burgess et environs : aucune.

Autres dépôts : aucune.

Haut de la page

Âge

Periode :

Cambrien moyen, zone à Glossopleura (environ 505 millions d'années).

Haut de la page

Sites

Sites principaux :

Carrière Collins sur le mont Stephen.

Haut de la page

Histoire de la recherche

Bref historique de la recherche :

Conway Morris et Collins ont décrit Xanioascus canadensis en 1996 d'après des fossiles découverts par le Musée royal de l'Ontario dans un nouveau site sur le mont Stephen. L'espèce n'a fait l'objet d'aucune autre publication depuis.

Haut de la page

Description

Morphologie :

Le corps est sacciforme et porte 24 rangées de cils bien développés qui s'étendent jusqu'à proximité de la région buccale, vraisemblablement de grande taille mais piètrement conservée. L'espèce se distingue par la présence à l'intérieur du corps de structures ovoïdes dont l'identité est incertaine.

Abondance :

Seulement 8 spécimens de l'espèce sont connus.

Taille maximum :

125 mm

Haut de la page

Écologie

Mode de vie :

Nectonique, mobile

Mode d'alimentation :

Inconnu

Interprétations écologiques :

La présence de rangées de cils laisse croire que cet animal était un grand nageur. Son mode d'alimentation est plus incertain, car la bouche n'est pas bien préservée et il n'existe aucune indication de la présence de tentacules.

Haut de la page

Références

Bibliographie :

CONWAY MORRIS, S. AND D. COLLINS. 1996. Middle Cambrian ctenophores from the Stephen Formation, British Columbia, Canada. Philosophical Transactions of the Royal Society of London, Series B, 351: 279-308.

Autres liens :

Aucun

Haut de la page