Galerie des fossiles

Banffia constricta

Animal énigmatique au corps spiralé

Reconstitution de Banffia constricta.

© Marianne Collins

Média 1 des 10 pour Banffia constricta Modèle 2D
Média 2 des 10 pour Banffia constricta Photo
Média 3 des 10 pour Banffia constricta Photo
Média 4 des 10 pour Banffia constricta Photo
Média 5 des 10 pour Banffia constricta Photo
Média 6 des 10 pour Banffia constricta Photo
Média 7 des 10 pour Banffia constricta Photo
Média 8 des 10 pour Banffia constricta Photo
Média 9 des 10 pour Banffia constricta Photo
Média 10 des 10 pour Banffia constricta Photo

Taxonomie

Règne :

Animal

Embranchement :

Inconnu

Classe :

Vetulicolides (Clade non classé, Ordre : Banffozoa)

Affinité :

Banffia est considéré au sein de sa propre classe, les banffozoaires, comme un membre terminal d'un groupe plus vaste, les vétulicolidés (Caron, 2005). Contrairement à la plupart des membres de ce groupe, Banffia est dépourvu de sillons antérieurs et de sacs latéraux. La position phylogénétique des vétulicolidés est encore incertaine (Aldridge et al., 2007).

Nom d'espèce :

Banffia constricta

Nom du descripteur :

Walcott

Date de la description :

1911

Étymologie :

Banffia – de la ville de Banff, dans le parc national du Canada Banff, nommée par Sir William Van Horne en 1888 d'après le comté de Banff, en Écosse.

constricta – du latin conus, « cône », et strictus, « étroit », en référence au resserrement du milieu du corps conique de l'animal.

Spécimens types :

Lectotype – USNM 57638 conservé au Musée national d'histoire naturelle de la Smithsonian Institution, Washington, D.C., États-Unis.

Autres espèces :

Schistes de Burgess et environs : aucune.

Autres dépôts : Banffia confusa, de la faune de Chengjiang du Cambrien inférieur, en Chine (Chen et al., 1996).

Haut de la page

Âge

Periode :

Cambrien moyen, zone à Bathyuriscus-Elrathina (environ 505 millions d'années).

Haut de la page

Sites

Sites principaux :

Carrières Raymond et Collins sur la crête aux Fossiles.

 

Haut de la page

Histoire de la recherche

Bref historique de la recherche :

Walcott a été le premier à décrire Banffia, d'après une demi-douzaine de spécimens, dans une monographie sur différents vers des schistes de Burgess publiée en 1911. Il a placé Banffia dans le groupe des gephyrés, maintenant éteint, avec d'autres fossiles vermiformes, comme Pikaia et Oesia. Banffia a été classé ultérieurement dans les Problematica, groupe d'organismes dont les affinités phylogénétiques demeurent à préciser (Briggs et Conway Morris, 1986). Caron (2005) a redécrit l'organisme d'après des spécimens étudiés initialement par Walcott et plus de 300 spécimens prélevés par le Musée royal de l'Ontario.

Haut de la page

Description

Morphologie :

Cet animal peut atteindre 10 cm de long. Son corps comprend deux grandes sections d'à peu près égale longueur. La section antérieure est constituée de deux carapaces lisses fusionnées formant un tube grossier en coupe transversale. La section postérieure, qui peut comporter jusqu'à 50 segments fins, est à l'évidence plus souple que la première. La bouche est en position antérieure et entourée d'une structure en forme de couronne, tandis que l'anus est terminal et s'ouvre dans une petite encoche caudale. L'intestin semble entouré de petits diverticules. Vu de l'avant, l'ensemble du corps est spiralé dans le sens des aiguilles d'une montre. Du fait de ce plan d'organisation, les constrictions des sections antérieure et postérieure sont bien visibles, surtout chez les spécimens conservés latéralement.

Abondance :

De façon générale, Banffia est rare. Quelques spécimens ont été trouvés à la carrière Raymond, mais le genre est plus commun dans les strates supérieures de la carrière Collins sur la crête aux Fossiles. Plus de 60 spécimens sont préservés sur une seule dalle (350 cm²) provenant de ce site.

Taille maximum :

105 mm

Haut de la page

Écologie

Mode de vie :

Épibenthique, mobile

Mode d'alimentation :

Dépositivore

Interprétations écologiques :

L'absence d'appendices et la taille imposante de la section antérieure du corps donnent à croire que cet animal ne nageait pas et vivait plutôt sur la boue des fonds marins. La section postérieure souple favorisait vraisemblablement sa locomotion. La présence de boue dans l'intestin porte à conclure que celui-ci se nourrissait de petites particules de matière organique dans la partie floculée des sédiments. Toutefois, Banffia n'était probablement pas un organisme fouisseur efficace à cause de la grande taille de ses carapaces antérieures.

Haut de la page

Références

Bibliographie :

ALDRIDGE, R. J., X. G. HOU, D. J. SIVETER, D. J. SIVETER AND S. E. GABBOTT. 2007. The systematics and phylogenetic relationships of vetulicolians. Palaeontology, 50: 131-168.

BRIGGS, D. E. G. AND S. CONWAY MORRIS. 1986. Problematica from the Middle Cambrian Burgess Shale of British Columbia, p. 167-183. In A. Hoffman and M. H. Nitecki (eds.), Problematic fossil taxa (Oxford Monographs on Geology and Geophysics No. 5). Oxford University Press and Clarendon Press, New York.

CARON, J.-B. 2005. Banffia constricta, a putative vetulicolid from the Middle Cambrian Burgess Shale. Transactions of the Royal Society of Edinburgh, 96: 95-111.

CHEN, J. Y., G. Q. ZHOU, M. Y. ZHU AND K. Y. YEH. 1996. The Chengjiang biota a unique window of the Cambrian explosion. National Museum of Natural Science Taiwan, Taichung, 230 p.

WALCOTT, C. 1911. Cambrian Geology and Paleontology II. Middle Cambrian annelids. Smithsonian Miscellaneous Collections, 57(5): 109-145.

Autres liens :

http://journals.cambridge.org/action/displayAbstract?fromPage=online&aid=1199992

Haut de la page