Galerie des fossiles

Accueil > Galerie des fossiles > Branchiocaris

Branchiocaris pretiosa

Grand arthropode nageur couvert d'une carapace bivalve

Reconstitution de Branchiocaris pretiosa.

© Marianne Collins

Média 1 des 5 pour Branchiocaris pretiosa Modèle 2D
Média 2 des 5 pour Branchiocaris pretiosa Photo
Média 3 des 5 pour Branchiocaris pretiosa Photo
Média 4 des 5 pour Branchiocaris pretiosa Photo
Média 5 des 5 pour Branchiocaris pretiosa Photo

Taxonomie

Règne :

Animal

Embranchement :

Arthropodes

Classe :

Clade non classé (groupe souche des arthropodes)

Affinité :

Branchiocaris est considéré soit comme un euarthropode de la lignée souche (Budd, 2002; 2008), soit comme un branchiopode (crustacé primitif), arthropode du groupe couronne (Resser, 1929; Hou et Bergström, 1997; Briggs et al., 2008), qui pourrait s'apparenter étroitement à Marrella (Briggs et al., 1992; Wills et al., 1998).

Nom d'espèce :

Branchiocaris pretiosa

Nom du descripteur :

Resser

Date de la description :

1929

Étymologie :

Branchiocaris – du grec branchion, « branchie », et du latin caris, « crabe » ou « crevette », soit « crevette à branchie ».

pretiosa – du latin pretiosus, « précieux » ou « séduisant ».

Spécimens types :

Holotype – USNM 80483 conservé au Musée national d'histoire naturelle de la Smithsonian Institution, Washington, D.C., États-Unis.

Autres espèces :

Schistes de Burgess et environs : aucune.

Autres dépôts : Branchiocaris a également été trouvé dans les sédiments cambriens de l'Utah (Briggs et al., 2008); une seconde espèce possible, Branchiocaris ? yunnanensis, a été décrite à partir de spécimens de la faune de Chengjiang du Cambrien inférieur, en Chine (Hou, 1987).

Haut de la page

Âge

Periode :

Cambrien moyen, zones à Glossopleura et Bathyuriscus-Elrathina (environ 505 millions d'années).

Haut de la page

Sites

Sites principaux :

Carrières Walcott et Raymond sur la crête aux Fossiles. Couches à tulipes (S7) et carrière Collins sur le mont Stephen.

Haut de la page

Histoire de la recherche

Bref historique de la recherche :

L'animal a été initialement décrit en 1929 par Resser comme Protocaris pretiosa, seconde espèce du genre Protocaris établi par Walcott en 1884. Resser (1929) l'a considéré comme un Phyllocaride (crustacé), mais Raymond (1935) et Størmer (1944) lui ont trouvé des affinités avec les trilobites. À l'issue d'une redescription complète, Briggs (1976) a placé P. pretiosa dans un nouveau genre, Branchiocaris, en raison de différences observées dans la morphologie du telson et le contour de la carapace. Bien que Briggs (1976) ait reconnu des similitudes entre Branchiocaris et les crustacés branchiopodes, il n'a pas associé l'animal à un groupe d'arthropodes existant. Hou et Bergström (1997) ont suggéré que Branchiocaris était un branchiopode du clade Calmanostraca, tandis que d'autres analyses phylogénétiques l'ont rapproché de Marrella (Briggs et al., 1992; Wills et al., 1998). Une réévaluation des structures céphaliques a incité Budd (2002, 2008) à suggérer que Branchiocaris serait un euarthropode de la lignée souche appartenant au même clade qu'Odaraia, Fuxianhuia, Perspicaris et Canadaspis.

Haut de la page

Description

Morphologie :

Le corps finement segmenté de Branchiocaris, avec ses nombreux membres au niveau du tronc et son telson particulier à deux pales, est couvert d'une imposante carapace. Il mesure de 7 à plus de 9 cm de long. La carapace subovale est séparée par une ligne cardinale droite et se termine par une épine pointant à chaque coin. La carapace est lisse, excepté le long de sa marge, sur une fine bordure parsemée de 150 à 200 fossettes allongées et irrégulièrement espacées. Elle couvre la majeure partie de la tête et la moitié antérieure du corps et s'étend partiellement au-dessus des flancs de l'animal. Le devant de la tête est couvert d'une sclérite hémicirculaire en dessous de laquelle sont attachées deux paires d'appendices céphaliques. La paire la plus proéminente est constituée d'antennes robustes, mais très flexibles, qui s'enracinent près de l'avant de la surface supérieure (position antérodorsale) et s'affinent graduellement vers l'arrière. Chaque antenne compte un minimum de 20 segments. Sous les antennes se trouve une paire d'appendices semblables à des pinces (subchéliformes). Chacun de ces appendices est divisé en sept segments au moins, le dernier segment étant allongé en épine avec un sillon central. Rien n'indique la présence d'yeux. Le tronc est divisé en 44 segments; les appendices sont attachés à une crête parcourant le bord ventrolatéral de l'animal. Les segments du tronc supportent des appendices constitués d'une large palette triangulaire abritant des lamelles branchiales et des poils (setæ) et d'une courte partie proximale pouvant compter jusqu'à sept segments. La partie postérieure du corps se termine par un grand segment suboval, le telson, auquel s'attachent deux procès (prolongements) lancéolés, qui s'étendent depuis la surface ventrale du telson. Visibles sous forme de taches sombres très réfléchissantes ou de crête surélevée, des vestiges de tube digestif traversent le corps de certains spécimens.

Abondance :

Branchiocaris est très rare dans la carrière Walcott sur la crête aux Fossiles, où il compte pour un pourcentage négligeable (0,008 %) de la faune (Caron et Jackson, 2008). Il est plus commun dans la zone à Glossopleura, légèrement plus ancienne, du mont Stephen (Collins et al., 1983).

Taille maximum :

155 mm

Haut de la page

Écologie

Mode de vie :

Nectobenthique, mobile

Mode d'alimentation :

Dépositivore

Interprétations écologiques :

Les appendices du tronc sont peu adaptés à la marche, mais les larges palettes semblent idéales pour propulser l'animal dans la colonne d'eau par ondulations. En créant un courant d'eau le long de la surface ventrale du corps, la nage aurait stimulé la respiration au niveau des lamelles branchiales. Le telson participait probablement à la propulsion et à la direction pendant la nage. Les appendices frontaux subchéliformes auraient servi à prélever les particules alimentaires du lit marin et à les acheminer vers la bouche. Les antennes devaient avoir une fonction sensitive. Branchiocaris n'ayant apparemment pas d'yeux, il est très peu probable qu'il eût été un prédateur actif. Nageant au ras du fond pour recueillir sa nourriture, il était probablement dépositivore.

Haut de la page

Références

Bibliographie :

BRIGGS, D. E. G. 1976. The arthropod Branchiocaris n. gen. Middle Cambrian, Burgess Shale, British Columbia. Geological Survey of Canada Bulletin, 264: 1-29.

BRIGGS, D. E. G. AND R. A. ROBISON. 1984. Exceptionally preserved non-trilobite arthropods and Anomalocaris from the Middle Cambrian of Utah. The University of Kansas Paleontological Contributions, 111: 1-24.

BRIGGS, D. E. G., R. A. FORTEY, M. A. WILLS. 1992. Morphological disparity in the Cambrian. Science, 256: 1670-3.

BRIGGS, D. E. G., B. S. LIEBERMAN, J. R. HENDRICK, S. L. HALGEDAHL AND R. D. JARRARD. 2008. Middle Cambrian arthropods from Utah. Journal of Paleontology, 82: 238-254.

BUDD, G. E. 2002. A palaeontological solution to the arthropod head problem. Nature, 417: 271-275.

BUDD, G. E. 2008. Head structures in upper stem-group euarthropods. Palaeontology, 51: 561-573.

CARON, J.-B. AND D. A. JACKSON. 2008. Paleoecology of the Greater Phyllopod Bed community, Burgess Shale. Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 258: 222-256.

COLLINS, D., D. BRIGGS AND S. CONWAY MORRIS. 1983. New Burgess Shale fossil sites reveal Middle Cambrian faunal complex. Science, 222: 163-167.

HOU, X. 1987. Early Cambrian large bivalved arthropods from Chengjiang, eastern Yunnan. Acta Palaeontologica Sinica, 26: 286-298.

HOU, X. and J. BERGSTRÖM. 1997. Arthropods of the Lower Cambrian Chengjiang fauna, southwest China. Fossils and Strata, 45: 1-116.

HOU, X., R. J. ALDRIDGE, J. BERGSTRÖM, D. J. SIVETER, D. J. SIVETER, AND X. FENG. 2004. The Cambrian Fossils of Chengjiang, China. The Flowering of Early Animal Life. Blackwell, Oxford.

RAYMOND, P. E. 1935. Leanchoilia and other Mid-Cambrian Arthropoda. Harvard University Museum of Comparative Zoology Bulletin, 76: 205-230.

RESSER, C. E. 1929. New Lower and Middle Cambrian Crustacea. Proceedings of the United States National Museum, 76: 1-18.

STØMER, L. 1944. On the relationships and phylogeny of fossil and recent Arachnomorpha. Norsk Videnskaps-Akademi Skrifter I. Matematisk-Naturvidenskaplig Klasse, 5: 1-158.

WALCOTT, C. D. 1884. On a new genus and species of Phyllopoda from the Middle Cambrian, p. 330-331. In On the Cambrian faunas of North America, preliminary studies. U.S. Geological Survey Bulletin, 30.

WILLS, M. A., D. E. G. BRIGGS, R. A. FORTEY, M. WILKINSON, AND P. H. SNEATH. 1998. An arthropod phylogeny based on fossil and recent taxa. p. 33-105. In G. D. Edgecombe (ed.), Arthropod Fossils and Phylogeny. Columbia University Press, New York.

Autres liens :

Aucun

Haut de la page