Galerie des fossiles

Carnarvonia venosa

Arthropode peu connu couvert d'une carapace bivalve avec impressions vasculaires

Carnarvonia venosa (USNM 57719) – Holotype. Valves complètes – jointes par une ligne cardinale – présentant des réseaux d'éléments vascularisés symétriques par rapport à la ligne cardinale, vue dorsale. Longueur du spécimen = 100 mm. Spécimen sec, lumière directe. Carrière Raymond.

© Smithsonian Institution – Musée national d'histoire naturelle. Photo : Jean-Bernard Caron

Média 1 des 1 pour Carnarvonia venosa Photo

Taxonomie

Règne :

Animal

Embranchement :

Arthropodes

Classe :

Clade non classé (groupe souche des arthropodes)

Affinité :

Carnarvonia venosa était initialement classé parmi les crustacés malacostracés (Walcott, 1912), d'après l'examen d'un unique spécimen aux affinités nébuleuses.

Nom d'espèce :

Carnarvonia venosa

Nom du descripteur :

Walcott

Date de la description :

1912

Étymologie :

Carnarvonia – d'après le mont Carnarvon (3 040 m), pic dans le parc national du Canada Yoho. Le mont a été baptisé en 1900 par Alexander Burgess, en l'honneur de Lord Henry Herbert Carnarvon (1831-1890), secrétaire d'État aux colonies.

venosa – du latin vena, « veine », en référence aux impressions vasculaires sur la carapace de l'animal.

Spécimens types :

Holotype – USNM 57719 conservé au Musée national d'histoire naturelle de la Smithsonian Institution, Washington, D.C., États-Unis.

Autres espèces :

Schistes de Burgess et environs : aucune.

Autres dépôts : aucune.

Haut de la page

Âge

Periode :

Cambrien moyen, zone à Bathyuriscus-Elrathina (environ 505 millions d'années).

Haut de la page

Sites

Sites principaux :

Carrière Raymond sur la crête aux Fossiles.

Haut de la page

Histoire de la recherche

Bref historique de la recherche :

Le taxon a été établi par Walcott en 1912 pour décrire un unique spécimen doté d'une carapace bivalve, que Walcott pensait être un crustacé malacostracé. Simonetta et Delle Cave (1975) ont ajouté un autre spécimen possible au taxon, dont le nom a ensuite été considéré comme un synonyme de Perspicaris recondita par Briggs (1977). L'affinité avec les crustacés a été mise en doute par Conway Morris (1979) et Jones et McKenzie (1980). Vannier et al. (1997) ont décrit les hypothétiques structures vasculaires de l'animal et les ont comparées à celles des malacostracés modernes.

Haut de la page

Description

Morphologie :

Carnarvonia venosa est couvert d'une carapace constituée de deux valves hémicirculaires non minéralisées, conservées à plat dans les schistes et jointes par une ligne cardinale (crête dorsale) droite. Le bord de la marge externe de la carapace est lisse. La carapace porte deux cercles globuleux disposés symétriquement de part et d'autre des valves, qui ont été interprétés comme étant des empreintes de muscles adducteurs attachant la carapace au corps de l'animal (Walcott, 1912; Vannier et al., 1997), voire des cavités oculaires (Vannier et al., 1997). La caractéristique conservée la plus frappante est certainement le réseau d'éléments vascularisés, qui a laissé une empreinte dans la face interne de la carapace molle et apparaît maintenant sous forme d'arborescences en relief. Le spécimen mesure un peu moins de 10 cm, mais aucune trace de structures corporelles (p. ex., thorax, abdomen ou membres) n'a été conservée.

Abondance :

Carnarvonia venosa est extrêmement rare. À l'origine, un seul spécimen a été décrit.

Taille maximum :

100 mm

Haut de la page

Écologie

Mode de vie :

Nectonique, mobile

Mode d'alimentation :

Inconnu

Interprétations écologiques :

D'après les similarités observées avec d'autres carapaces bivalves dans les schistes de Burgess, la carapace de Carnarvonia venosa aurait couvert le corps d'un arthropode. Si les cercles globuleux sont des empreintes d'insertions musculaires, alors des mouvements, comme l'ouverture et la fermeture des valves, étaient possibles. Le système vascularisé est comparable à celui des malacostracés nageurs et suggérerait un mode de vie nectobenthique. L'étude de spécimens plus complets serait requise pour décrire plus avant les modes de vie de l'animal.

Haut de la page

Références

Bibliographie :

BRIGGS, D. E. G. 1977. Bivalved arthropods from the Cambrian Burgess Shale of British Columbia. Palaeontology, 20: 596-612.

CONWAY MORRIS, S. 1979. The Burgess Shale (Middle Cambrian) fauna. Annual Review of Ecology, Evolution and Systematics, 10: 327-349.

JONES, P. J. AND K. G. MCKENZIE. 1980. Queensland Middle Cambrian Bradoriida (Crustacea): new taxa, palaeobiogeography and biological affinities. Alcheringa: An Australian Journal of Palaeontology, 4: 203-225.

SIMONETTA, A.M. AND L. DELLE CAVE. 1975. The Cambrian non trilobite arthropods from the Burgess Shale of British Columbia. A study of their comparative morphology, taxonomy and evolutionary significance. Palaeontographia Italica, 69: 1-37.

VANNIER, J. M. WILLIAMS AND D. SIVETER. 1997. The Cambrian origin of the circulatory system of crustaceans. Lethaia, 30: 169-184.

WALCOTT, C. 1912. Cambrian Geology and Paleontology II. Middle Cambrian Branchiopoda, Malacostraca, Trilobita and Merostomata. Smithsonian Miscellaneous Collections, 57(6): 145-228.

Autres liens :

Aucun

Haut de la page