Galerie des fossiles

Accueil > Galerie des fossiles > Caryosyntrips

Caryosyntrips serratus

Anomalocaride doté d'appendices en forme de casse-noix

Croquis comparatifs d'appendices frontaux d'anomalocarides (taille adulte présumée) des schistes de Burgess (modifiés d'après Daley et Budd, 2010). A. Anomalocaris canadensis (modifié d'après Briggs, 1979). B. morphe B d'appendice de Hurdia victoria (dessiné d'après Daley et al., 2009). C. morphe A d'appendice de Hurdia victoria (dessiné d'après Daley et al., 2009). D. Laggania cambria? E. Amplectobelua stephenensis. F. Caryosyntrips serratus. Échelle = 10 mm.

NULL

Média 1 des 3 pour Caryosyntrips serratus Dessin
Média 2 des 3 pour Caryosyntrips serratus Photo
Média 3 des 3 pour Caryosyntrips serratus Photo

Taxonomie

Règne :

Animal

Embranchement :

Arthropodes

Classe :

Dinocarida (Ordre : Radiodonta, groupe souche des arthropodes)

Affinité :

Caryosyntrips est un anomalocaride. Les anomalocarides ont été considérés comme un taxon basal des euarthropodes de la lignée souche (p. ex., Daley et al.,2009), un taxon basal du groupe des arthropodes chélicérates (p. ex., Chen et al.,2004) et un groupe-frère des arthropodes (p. ex., Hou et al., 2006).

Nom d'espèce :

Caryosyntrips serratus

Nom du descripteur :

Daley and Budd

Date de la description :

2010

Étymologie :

Carysyntrips – du grec karyon, « noix », et Syntrips, génie malfaisant qui se plaisait à fracasser des poteries; fait référence aux appendices jumelés en forme de casse-noix de l'animal.

serratus – du latin serratus, « en dents de scie ».

Spécimens types :

Holotype – ROM 57161 conservé au Musée royal de l'Ontario, Toronto, Canada.

Autres espèces :

Schistes de Burgess et environs : aucune.

Autres dépôts : aucune.

Haut de la page

Âge

Periode :

Cambrien moyen, zone à Bathyuriscus-Elrathina (environ 505 millions d'années).

Haut de la page

Sites

Sites principaux :

Carrière Walcott et Raymond sur la crête aux Fossiles. Également connu grâce aux couches à tulipes (S7) sur le mont Stephen.

Haut de la page

Histoire de la recherche

Bref historique de la recherche :

Le genre a été initialement remarqué et représenté par Caron (2005) sous la dénomination « Dinocarida A », puis identifié formellement par Daley et Budd (2010) comme Carysyntrips serratus.

Haut de la page

Description

Morphologie :

Le taxon est connu d'après l'examen de 11 spécimens d'appendices isolés. Ces appendices sont droits et fuselés; leur longueur varie de 58 à 114 mm. La segmentation est peu marquée, mais au moins 12 podomères (segments) peuvent être dénombrés. Les appendices sont droits et rigides; aucun mouvement n'est possible à l'extrémité des podomères. Chaque podomère est doté d'une épine courte et épaisse sur sa surface interne et de plusieurs épines de plus petites dimensions sur sa surface externe, qui confèrent à sa marge externe une apparence en dents de scie. La partie distale de l'appendice s'amincit jusqu'à devenir une pointe dotée d'une unique épine terminale légèrement incurvée. Les spécimens étudiés sont tous des appendices isolés, excepté une paire d'appendices très rapprochés, avec leurs marges hérissées d'épines épaisses vis-à-vis l'une de l'autre. Cette paire est vaguement associée à des vestiges potentiels du corps de l'animal, qui seraient des morceaux de cuticule. Cependant, ces morceaux étant mal conservés, ils pourraient appartenir à un autre animal.

Abondance :

Carysyntrips serratus est extrêmement rare. La plupart des spécimens (huit) proviennent de la carrière Walcott.

Taille maximum :

114 mm

Haut de la page

Écologie

Mode de vie :

Nectobenthique, mobile

Mode d'alimentation :

Carnivore

Interprétations écologiques :

Carysyntrips serratus aurait eu un mode de vie similaire à celui des autres anomalocarides, c'est-à-dire qu'il aurait nagé dans la colonne d'eau, à la recherche de proies. La morphologie de ses appendices, hérissés d'épines, permet de supposer un comportement prédateur. Les appendices droits et rigides auraient effectué une rotation autour de leurs points d'attache proximaux pour amener leurs marges dotées d'épines épaisses l'une contre l'autre dans un mouvement de préhension ou de dépeçage.

Haut de la page

Références

Bibliographie :

CARON, J. B. 2005. Taphonomy and community analysis of the Middle Cambrian Greater Phyllopod Bed, Brugess Shale. Unpublished Ph.D. thesis, University of Toronto, Toronto, 316 pp.

CHEN, J. Y. D. WALOSZEK AND A. MAAS. 2004. A new 'great-appendage' arthropod from the Lower Cambrian of China and homology of chelicerate chelicerae and raptorial antero-ventral appendages. Lethaia, 37: 3-20.

DALEY, A. C., G. E. BUDD, J. B. CARON, G. D. EDGECOMBE AND D. COLLINS. 2009. The Burgess Shale anomalocaridid Hurdia and its significance for early euarthropod evolution. Science, 323: 1597-1600.

DALEY, A. C. AND G. E. BUDD. 2010. New anomalocaridid appendage from the Burgess Shale, Canada. Palaeontology, 53: 721-738.

Autres liens :

Aucun

Haut de la page