Galerie des fossiles

Chancia palliseri

Trilobite avec une grande bordure, muni de nombreux segments

Chancia palliseri (USNM 94344) – Holotype – empreinte et contre-empreinte (images du centre et de droite). Planche 3, figure 6 de Walcott (1908); spécimen initialement décrit comme Ptychoparia palliseri (image de gauche). Individu complet sans joues libres; présumée exuvie. Longueur du spécimen = 32 mm. Couches à trilobites.

© Smithsonian Institution – Musée national d'histoire naturelle. Photo : Jean-Bernard Caron

Média 1 des 4 pour Chancia palliseri Photo
Média 2 des 4 pour Chancia palliseri Photo
Média 3 des 4 pour Chancia palliseri Photo
Média 4 des 4 pour Chancia palliseri Photo

Taxonomie

Règne :

Animal

Embranchement :

Arthropodes

Classe :

Trilobites (Ordre : Ptychopariida)

Affinité :

Les trilobites sont des euarthropodes éteints, probablement des représentants de la lignée souche des mandibulés, qui regroupent les crustacés, les myriapodes et les hexapodes (Scholtz et Edgecombe, 2006).

Nom d'espèce :

Chancia palliseri

Nom du descripteur :

Walcott

Date de la description :

1908

Étymologie :

Chancia – origine indéterminée.

palliseri – origine indéterminée; probablement en référence à la chaîne de Palliser dans les Rocheuses canadiennes (près de Banff, en Alberta), d'après l'expédition d'exploration de l'Amérique du Nord britannique (1857-1860) dirigée par John Palliser.

Spécimens types :

Holotype – USNM 94344 conservé au Musée national d'histoire naturelle de la Smithsonian Institution, Washington, D.C., États-Unis.

Autres espèces :

Schistes de Burgess et environs : Chancia bigranulosa, C. latigena, C. odarayensis, et C. stenometopa ont été décrits à partir de roches légèrement plus anciennes et légèrement plus récentes provenant de sites sur les monts Stephen et Odaray.

Autres dépôts : d'autres espèces de Chancia ont été découvertes dans les roches cambriennes de l'ouest de l'Amérique du Nord.

Haut de la page

Âge

Periode :

Cambrien moyen, zone à Bathyuriscus-Elrathina (environ 505 millions d'années).

Haut de la page

Sites

Sites principaux :

Couches à trilobites et autres sites sur le mont Stephen; carrières Walcott et Raymond sur la crête aux Fossiles.

Haut de la page

Histoire de la recherche

Bref historique de la recherche :

Bien que cette espèce rare ait été nommée et illustrée en tant que Ptychoparia palliseri par Walcott en 1908, puis réattribuée à Elrathia par Resser en 1937, elle est demeurée sans désignation officielle jusqu'à ce que Rasetti la classe dans le genre Chancia en 1951! Curieusement, Walcott avait établi Chancia en 1924 pour une espèce très semblable (C. ebdome) présente dans les schistes de Spence, dans l'Utah et l'Idaho).

Haut de la page

Description

Morphologie :

Parties dures: l'exosquelette dorsal adulte peut mesurer jusqu'à 4 cm. Le céphalon hémisphérique représente environ 30 % de la longueur de la carapace dorsale; le bord bas et étroit porte de courtes épines génales. Les saillies transversales des larges joues fixes se prolongent jusqu'à de petits yeux proéminents situés dans la partie antérieure de la mi-longueur de la glabelle. Convexe et conique, la glabelle est dotée de trois paires de sillons latéraux inclinés postérieurement à angle aigu. Un large champ préglabellaire plat représente environ le quart de la longueur du céphalon à partir de la ligne médiane. Composé de 20 segments à côtés parallèles, le thorax a un étroit rachis; les larges lobes pleuraux sont légèrement incurvés ventralement sur les deux tiers de leur longueur depuis le sillon axial. Le thorax s'amincit postérieurement pour se terminer en pyridium triangulaire très court muni de trois anneaux axiaux peu définis et d'une partie terminale.

Anatomie non minéralisée – inconnue.

Abondance :

Relativement rare dans les couches à trilobites sur le mont Stephen et encore plus rare sur la crête aux Fossiles.

Taille maximum :

40 mm

Haut de la page

Écologie

Mode de vie :

Épibenthique, mobile

Mode d'alimentation :

Dépositivore

Interprétations écologiques :

Comme d'autres trilobites ptychoparioïdes relativement semblables du Cambrien, C. palliseri était peut-être adapté à des milieux pauvres en oxygène, se nourrissant de débris organiques déposés sur le fond marin.

Haut de la page

Références

Bibliographie :

RASETTI, F. 1951. Middle Cambrian stratigraphy and faunas of the Canadian Rocky Mountains. Smithsonian Miscellaneous Collections, 116 (5): 277 p.

RESSER, C. E. 1937. Third contribution to nomenclature of Cambrian trilobites. Smithsonian Miscellaneous Collections, 95 (22): 29 p.

SCHOLTZ, G. AND G, D, EDGECOMBE. 2006. The evolution of arthropod heads: reconciling morphological, developmental and palaeontological evidence. Development Genes and Evolution, 216: 395-415.

WALCOTT, C. D. 1908. Mount Stephen rocks and fossils. Canadian Alpine Journal, 1: 232-248.

WALCOTT, C. D. 1924. Cambrian and Lower Ozarkian trilobites. Smithsonian Miscellaneous Collections, 75(2): 53-60.

Autres liens :

http://www.trilobites.info/ordptychopariida.htm

Haut de la page