Galerie des fossiles

Accueil > Galerie des fossiles > Ctenorhabdotus

Ctenorhabdotus capulus

Méduse à peigne au corps en forme de lampe doté de 8 ensembles de 3 rangées de cils locomoteurs

Reconstitution de Ctenorhabdotus capulus.

© Marianne Collins

Média 1 des 5 pour Ctenorhabdotus capulus Modèle 2D
Média 2 des 5 pour Ctenorhabdotus capulus Photo
Média 3 des 5 pour Ctenorhabdotus capulus Photo
Média 4 des 5 pour Ctenorhabdotus capulus Photo
Média 5 des 5 pour Ctenorhabdotus capulus Photo

Taxonomie

Règne :

Animal

Embranchement :

Cténophores

Classe :

Clade non classé (groupe souche des cténophores)

Affinité :

Ctenorhabdotus est considéré comme un cténophore très primitif, et possiblement comme un membre du groupe souche (Conway Morris et Collins, 1996).

Nom d'espèce :

Ctenorhabdotus capulus

Nom du descripteur :

Conway Morris and Collins

Date de la description :

1996

Étymologie :

Ctenorhabdotus – du grec ktenos, « peigne », et rhabdotos, « rayé », en référence aux rayures très distinctes dessinées par les rangées de cils de l'animal.

capulus – du latin capulus, « poignée », en référence à l'aspect capsulaire de l'élément aboral proéminent de l'animal.

Spécimens types :

Holotype – ROM 50822 conservé au Musée royal de l'Ontario, Toronto, Canada.

Autres espèces :

Schistes de Burgess et environs : aucune.

Autres dépôts : aucune.

Haut de la page

Âge

Periode :

Cambrien moyen, zone à Bathyuriscus-Elrathina (environ 505 millions d'années).

Haut de la page

Sites

Sites principaux :

Carrières Walcott et Raymond sur la crête aux Fossiles.

Haut de la page

Histoire de la recherche

Bref historique de la recherche :

Décrit par Conway Morris et Collins en 1996, Ctenorhabdotus capulus n'a fait l'objet d'aucune autre publication.

Haut de la page

Description

Morphologie :

Ctenorhabdotus est ovoïde et porte 24 rangées de cils. Les surfaces supérieure (aborale) et inférieure (orale) sont relativement plates. Les rangées de cils sont disposées en 8 groupes de trois, la rangée centrale étant beaucoup plus courte que les deux autres. Ces groupes convergent vers la région aborale pour former 8 brins. La région orale est bien développée, et sa marge, ondulée. La petite structure capsulaire sur la face aborale de l'organisme contient vraisemblablement un organe apical et des statocystes.

Abondance :

Ctenorhabdotus est rare, connu d'après deux douzaines de spécimens provenant principalement de la carrière Raymond. Dans la carrière Walcott, l'espèce ne représente que 0,01 % des spécimens recensés (Caron et Jackson, 2008).

Taille maximum :

70 mm

Haut de la page

Écologie

Mode de vie :

Nectonique, mobile

Mode d'alimentation :

Inconnu

Interprétations écologiques :

Les rangées de cils indiquent que l'animal nageait activement. La bouche n'étant pas bien conservée et faute d'indications attestant l'existence de tentacules, son mode d'alimentation demeure incertain.

Haut de la page

Références

Bibliographie :

CARON, J.-B. AND D. A. JACKSON. 2008. Paleoecology of the Greater Phyllopod Bed community, Burgess Shale. Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 258: 222-256.

CONWAY MORRIS, S. AND D. COLLINS. 1996. Middle Cambrian ctenophores from the Stephen Formation, British Columbia, Canada. Philosophical Transactions of the Royal Society of London, Series B, 351: 279-308.

Autres liens :

Aucun

Haut de la page