Galerie des fossiles

Accueil > Galerie des fossiles > Echmatocrinus

Echmatocrinus brachiatus

Présumé échinoderme doté de bras épais

Reconstitution d'Echmatocrinus brachiatus.

© Marianne Collins

Média 1 des 6 pour Echmatocrinus brachiatus Modèle 2D
Média 2 des 6 pour Echmatocrinus brachiatus Photo
Média 3 des 6 pour Echmatocrinus brachiatus Photo
Média 4 des 6 pour Echmatocrinus brachiatus Photo
Média 5 des 6 pour Echmatocrinus brachiatus Photo
Média 6 des 6 pour Echmatocrinus brachiatus Photo

Taxonomie

Règne :

Animal

Embranchement :

échinodermes ?

Classe :

Crinoïdes ? (groupe souche des échinodermes)

Affinité :

La position taxonomique du genre Echmatocrinus est incertaine. Selon les auteurs, cet animal est considéré comme un crinoïde primitif (Sprinkle, 1976; Sprinkle et Collins, 1998), un cnidaire (Conway Morris, 1993) ou un octocorail (Ausich et Babcock, 1998, 2000).

Nom d'espèce :

Echmatocrinus brachiatus

Nom du descripteur :

Sprinkle

Date de la description :

1973

Étymologie :

Echmatocrinus – du grec echmatos, « crampon » ou « pédoncule », et krinos, « lis », en référence à la forme de l'organe de fixation.

brachiatus – du grec brachiatus, « pourvu de bras ».

Spécimens types :

Holotype – GSC 25962 conservé à la Commission géologique du Canada, Ottawa, Canada.

Autres espèces :

Schistes de Burgess et environs : aucune.

Autres dépôts : aucune.

Haut de la page

Âge

Periode :

Cambrien moyen, zone à Bathyuriscus-Elrathina (environ 505 millions d'années).

Haut de la page

Sites

Sites principaux :

Carrières Walcott et Raymond sur la crête aux Fossiles. Quelques spécimens ont aussi été récoltés sur le versant oriental du mont Field.

Haut de la page

Histoire de la recherche

Bref historique de la recherche :

En 1973, Sprinkle a décrit pour la première fois le genre Echmatocrinus comme un crinoïde primitif d'après cinq spécimens, dont quatre avaient été récoltés par Walcott sans faire l'objet d'une publication. Le cinquième spécimen, le mieux conservé et désigné comme l'holotype, a été prélevé par la Commission géologique du Canada en 1967. Conway Morris a classé le genre comme un possible cnidaire en 1993, tandis qu'Ausich et Babcock (1998) l'ont apparenté aux octocoraux. Ces deux interprétations ont été rejetées par Sprinkle et Collins dans le cadre d'une révision plus étendue de tout le matériel accessible, dont de nouveaux spécimens récoltés par le Musée royal de l'Ontario (1998; voir aussi Ausich et Babcock, 1998).

Haut de la page

Description

Morphologie :

Le corps est constitué d'un petit disque de fixation (crampon) et d'un pédoncule conique supportant une grande structure en forme de coupe (thèque) garnie à son sommet de 7 à 10 petits bras. Des appendices mous sont présents de part et d'autre de chaque bras. Le pédoncule est au moins aussi long que la coupe et les bras combinés. L'ensemble du corps est entièrement couvert de plaques présumées faiblement minéralisées à l'origine. Ces plaques sont de forme irrégulière et peut-être séparées par des sutures. Elles ont une forme plus régulière et sont plus prononcées sur les bras, qui sont unisériés (non ramifiés) et peuvent se replier sur eux-mêmes. La face externe des plaques présente en outre une texture ou une ornementation que certains auteurs ont assimilée à un stéréome, élément caractéristique du squelette minéralisé des échinodermes. La position de la bouche et de l'anus est incertaine.

Abondance :

Le genre Echmatocrinus est très rare dans la carrière Walcott, où il ne représente qu'un pourcentage négligeable (0,01 %) de la faune (Caron et Jackson, 2008). Environ deux douzaines de spécimens ont été trouvés dans trois sites différents.

Taille maximum :

185 mm

Haut de la page

Écologie

Mode de vie :

Épibenthique, sessile

Mode d'alimentation :

Suspensivore

Interprétations écologiques :

Echmatocrinus vivait fixé à des débris de squelettes sur le fond marin et avait manifestement besoin de substrats durs pour croître. La découverte de grappes de plusieurs individus atteste un mode de vie grégaire. Les particules de nourriture étaient probablement portées le long des bras jusqu'à la bouche centrale située près du sommet de la coupe.

Haut de la page

Références

Bibliographie :

AUSICH, W. I. AND L. E. BABCOCK. 1998. The phylogenetic position of Echmatocrinus brachiatus, a probable octocoral from the Burgess shale. Palaeontology, 41: 193-202.

AUSICH, W. I. AND L. E. BABCOCK. 2000. Echmatocrinus, a Burgess Shale animal reconsidered. Lethaia, 33: 92-94.

SPRINKLE, J. 1976. Biostratigraphy and paleoecology of Cambrian echinoderms from the Rocky Mountains, p. 61-73. In R. A. Robison and A. J. Rowell (eds.), Paleontology and depositional environments: Cambrian of Western North America. 23. Brigham Young University Geology Studies.

SPRINKLE, J. AND D. COLLINS. 1998. Revision of Echmatocrinus from the Middle Cambrian Burgess Shale of British Columbia. Lethaia, 31: 269-282.

Autres liens :

Aucun

Haut de la page