Galerie des fossiles

Eldonia ludwigi

Organisme discoïde à courts tentacules

Reconstitution 3D d'Eldonia ludwigi.

Reconstitution 3D de Phlesch Bubble © Musée royal de l'Ontario

Voir en format mp4

Média 1 des 7 pour Eldonia ludwigi Modèle
animé 3D
Média 2 des 7 pour Eldonia ludwigi Modèle 3D
Média 3 des 7 pour Eldonia ludwigi Photo
Média 4 des 7 pour Eldonia ludwigi Photo
Média 5 des 7 pour Eldonia ludwigi Photo
Média 6 des 7 pour Eldonia ludwigi Photo
Média 7 des 7 pour Eldonia ludwigi Photo

Taxonomie

Règne :

Animal

Embranchement :

Inconnu

Classe :

Cambroernides (Clade non classé, groupe souche des ambulacraires )

Affinité :

Comme d'autres fossiles discoïdes ou pédonculés tel qu'Herpetogaster, Eldonia fait partie, au sein du groupe souche, du clade des ambulacraires, qui regroupe les échinodermes et les hémichordés (Caron et al., 2010).

Nom d'espèce :

Eldonia ludwigi

Nom du descripteur :

Walcott

Date de la description :

1911

Étymologie :

Eldonia – d'après Eldon, arrêt de train du Chemin de fer Canadien Pacifique situé à 30 km à l'est de Field, de la ville du même nom, dans le comté de Durham, en Angleterre, qui signifie « colline d'Aelle ».

ludwigii – d'après Hubert Ludwig, spécialiste allemand des échinodermes qui a décrit de nombreuses holothuries fossiles.

Spécimens types :

Lectotype – USNM 7540 conservé au Musée national d'histoire naturelle de la Smithsonian Institution, Washington, D.C., États-Unis.

Autres espèces :

Schistes de Burgess et environs : aucune.

Autres dépôts : Stellostomites eumorphus (Sun et Hou, 1987), de la faune de Chengjiang du Cambrien inférieur, a été redécrit sous le nom d'Eldonia eumorpha (Chen et al., 1995). Toutefois, S. eumorphus est considéré dans la littérature comme la seule espèce valide (Zhu et al., 2002). E. berbera a été décrit comme remontant à l'Ordovicien supérieur du Maroc (Alessandrello et Bracchi, 2003). Si cela est confirmé, il s'agirait de l'occurrence stratigraphique la plus récente pour ce genre.

Haut de la page

Âge

Periode :

Cambrien moyen, de la zone à Bathyuriscus-Elrathina à la zone à Bolaspidella (environ 505 millions d'années).

Haut de la page

Sites

Sites principaux :

Schistes de Burgess et environs : carrières Walcott et Raymond sur la crête aux Fossiles.

Autres dépôts : schistes de Spence et formation de Marjum du Cambrien moyen, en Utah (Conway Morris et Robison, 1988).

Haut de la page

Histoire de la recherche

Bref historique de la recherche :

Décrit par Walcott en 1911, le genre Eldonia était considéré originellement comme partie des holothuries (concombres de mer, au sein des échinodermes), point de vue accepté par d'éminents spécialistes à l'époque (Clark A.H., 1913) et conforté par un examen ultérieur du matériel (Durham, 1974). Toutefois, cette interprétation a toujours eu des détracteurs (Clark H.L., 1912; Dzik, 1991, 1997; Madsen, 1956, 1957, 1962; Paul et Smith, 1984), et l'absence de caractères clés des échinodermes infirme l'existence d'une relation étroite avec ce groupe (Conway Morris, 1993; voir aussi Zhu et al., 2002). Un vaste consensus s'est dégagé sur le fait que les eldoniidés n'ont aucune affinité avec les cnidaires même s'ils ressemblent aux méduses (scyphozoaires). Certains auteurs (Chen et al., 1995, Dzik, 1997) ont soutenu plus en détail l'existence d'une relation avec les « lophophoriens » (p. ex. brachiopodes, phoronidiens), mais la question demeure ouverte. La description du genre Herpetogaster, étroitement apparenté à Eldonia, offre la possibilité d'un lien avec les ambulacraires, qui regroupent les échinodermes et les hémichordés (Caron et Conway Morris, 2010).

Des fragments de l'intestin, réfléchissant, ont été extraits par macération acide et analysés en vue d'études taphonomiques (Butterfield, 1990).

Haut de la page

Description

Morphologie :

Le corps est discoïde, et l'anus et la bouche s'ouvrent sur la face ventrale. De fins rayons irradient à partir d'un point central dans le disque. En vue dorsale, le tube digestif est enroulé dans le sens des aiguilles d'une montre autour du centre de l'organisme et est distinctement différencié en un pharynx, un estomac (partie la plus sombre) et un étroit intestin. La paire de tentacules relativement rigides qui borde la bouche servait probablement à l'alimentation.

Abondance :

Walcott a récolté des centaines de spécimens d'Eldonia dans une seule couche fossilifère au sein de la couche à phyllopodes, qu'il a appelée « Grande couche à Eldonia ». Depuis, d'autres spécimens ont été prélevés à la carrière Walcott, où ils représentent 0,4 % de la faune (Caron et Jackson, 2008).

Taille maximum :

150 mm

Haut de la page

Écologie

Mode de vie :

Épibenthique, mobile?

Mode d'alimentation :

Dépositivore?

Interprétations écologiques :

Eldonia a longtemps été considéré comme un organisme filtreur flottant librement. Toutefois, au vu de sa morphologie, de son mode de conservation et de sa similarité avec Herpetogaster, on a également soutenu qu'il menait une existence benthique, utilisant ses tentacules pour capter sa nourriture dans l'eau ou balayer les fonds marins à la recherche de particules de détritus (Caron et Conway Morris, 2010). On ne sait pas si l'animal se déplaçait, à l'occasion, ou s'il était stationnaire (sessile).

Haut de la page

Références

Bibliographie :

ALESSANDRELLO, A. AND G. BRACCHI. 2003. Eldonia berbera n. sp. a new species of the enigmatic genus Eldonia Walcott, 1911 from the Rawtheyan (Upper Ordovician) of Anti-Atlas (Erfoud, Tafilalt, Morocco). Atti della Società italiana di scienze naturali e del Museo civico di storia naturale in Milano, 144(2): 337-358.

BUTTERFIELD, N. J. 1990. Organic preservation of non-mineralizing organisms and the taphonomy of the Burgess Shale. Paleobiology, 16(3): 272-286.

CARON, J.-B. AND D. A. JACKSON. 2008. Paleoecology of the Greater Phyllopod Bed community, Burgess Shale. Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 258: 222-256.

CARON, J.-B., S. CONWAY MORRIS AND D. SHU. 2010. Tentaculate fossils from the Cambrian of Canada (British Columbia) and China (Yunnan) interpreted as primitive deuterostomes. PLoS ONE, 5(3): e9586.

CHEN, J.-Y., M.-Y. ZHU AND G.-Q. ZHOU. 1995. The early Cambrian medusiform metazoan Eldonia from the Chengjiang Lagerstätte. Acta Palaeontologica Polonica, 40: 213-244.

CLARK, H. L. 1912. Fossil holothurians. Science, 35(894): 274-278.

CLARK, A. H. 1913. Cambrian holothurians. American Naturalist, 48: 488-507.

CONWAY MORRIS, S. AND R. A. ROBISON. 1988. More soft-bodied animals and algae from the Middle Cambrian of Utah and British Columbia. The University of Kansas Paleontological Contributions, 122: 23-84.

CONWAY MORRIS, S. 1993. The fossil record and the early evolution of the Metazoa. Nature, 361(6409): 219-225.

DURHAM, J. W. 1974. Systematic Position of Eldonia ludwigi Walcott. Journal of Paleontology, 48(4): 751-755.

DZIK, J. 1991. Is fossil evidence consistent with traditional views of the early metazoan phylogeny?, p. 47-56. In A. M. Simonetta and S. Conway Morris (eds.), The Early Evolution of Metazoa and the Significance of Problematic Taxa. Cambridge University Press, Cambridge.

DZIK, J. Y., L. ZHAO AND M. Y. ZHU. 1997. Mode of life of the Middle Cambrian eldonioid lophophorate Rotadiscus. Palaeontology, 40(2):385-396.

MADSEN, F. J. 1956. Eldonia, a Cambrian siphonophore-formerly interpreted as a holoturian[sic]. Videnskabelige meddelelser fra Dansk naturhistorisk forening i Københaven, 118: 7-14.

MADSEN, F. J. 1957. On Walcott's supposed Cambrian holothurians. Journal of Paleontology, 31(1): 281-282.

MADSEN, F. J. 1962. The systematic position of the Middle Cambrian fossil Eldonia. Meddelelser fra Dansk Geologisk Førening, 15: 87-89.

PAUL, C. R. C. AND A. B. SMITH. 1984. The early radiation and phylogeny of echinoderms. Biological Reviews, 59(4): 443-481.

WALCOTT, C. 1911. Cambrian Geology and Paleontology II. Middle Cambrian holothurians and medusae. Smithsonian Miscellaneous Collections, 57(3): 41-68.

ZHU, M. Y., Y. L. ZHAO AND J. Y. CHEN. 2002. Revision of the Cambrian discoidal animals Stellostomites eumorphus and Pararotadiscus guizhouensis from South China. Geobios, 35(2): 165-185.

Autres liens :

Aucun

Haut de la page