Galerie des fossiles

Lingulella waptaensis

Brachiopode minéralisé et centimétrique doté d'un long pédoncule

Reconstitution de Lingulella waptaensis.

© Marianne Collins

Média 1 des 4 pour Lingulella waptaensis Modèle 2D
Média 2 des 4 pour Lingulella waptaensis Photo
Média 3 des 4 pour Lingulella waptaensis Photo
Média 4 des 4 pour Lingulella waptaensis Photo

Taxonomie

Règne :

Animal

Embranchement :

Brachiopodes

Classe :

Lingulata (Ordre : Lingulida)

Affinité :

Lingulella appartient à la famille des Obolidae

Nom d'espèce :

Lingulella waptaensis

Nom du descripteur :

Walcott

Date de la description :

1924

Étymologie :

Lingulella – du latin, lingua, « langue », et du suffixe diminutif ellus, « petit ».

waptaensis – d'après le mont Wapta (2 778 m), situé immédiatement au nord de la carrière Walcott, Colombie Britannique, Canada.

Spécimens types :

Syntypes – USNM 69822-69824 conservés au Musée national d'histoire naturelle de la Smithsonian Institution, Washington, D.C., États-Unis.

Autres espèces :

Schistes de Burgess et environs : aucune à ce jour. Les brachiopodes des schistes de Burgess, en particulier ceux des couches à trilobites du mont Stephen, devraient être réexaminés (voir Bref historique des recherches).

Autres dépôts : des centaines d'espèces ont été attribuées au genre Lingulella.

Haut de la page

Âge

Periode :

Cambrien moyen, zone à Bathyuriscus-Elrathina (environ 505 millions d'années).

Haut de la page

Sites

Sites principaux :

Carrière Walcott sur la crête aux Fossiles.

Haut de la page

Histoire de la recherche

Bref historique de la recherche :

Lingulella waptaensis a été décrite sommairement par Walcott (1924). Une forme apparentée possible, provenant des couches à trilobites du mont Stephen, est connue. Initialement décrite en tant que Lingulella mcconnelli (Walcott, 1889; Matthew, 1902), cette forme a été rebaptisée plus tard Obolus mconnelli (Walcott, 1908, 1912). Sutton et al. (2000) ont révisé la classification de Lingulella en restreignant la définition du genre, qui était devenu un « fourre tout » de formes allongées présentant des similitudes (obolidés). Par conséquent, une grande part des centaines d'espèces d'Obolus ne répondent pas aux critères actuels de reconnaissance du genre. Ainsi, Lingulella waptaensis devrait être réexaminée afin de confirmer ou d'infirmer son appartenance au genre. Des structures de coquille et les premiers spécimens pédonculés conservés provenant des schistes de Burgess ont récemment été décrits (Pettersson et al., 2010).

Haut de la page

Description

Morphologie :

Lingulella waptaensis est de forme allongée et subovale en périphérie. Ses valves sont faiblement biconvexes et lisses, à l'exception des stries d'accroissement. Les sacs viscéraux sont légèrement moulés dans l'intérieur de la coquille et sont difficiles à étudier en détail. Le pédoncule est mince et sort entre les valves. Souvent ridé et tordu, il mesure au moins trois fois la longueur des valves. À l'origine, la coquille était minéralisée.

Abondance :

Lingulella waptaensis est connu grâce à l'étude de plusieurs centaines de spécimens de la carrière Walcott, mais constitue globalement une petite fraction (inférieure à 0,7 %) de la faune (Caron et Jackson, 2008).

Taille maximum :

10 mm

Haut de la page

Écologie

Mode de vie :

Épibenthique, sessile

Mode d'alimentation :

Suspensivore

Interprétations écologiques :

Comme chez Acanthotretella spinosa, brachiopode comparable des schistes de Burgess, le pédoncule long et mince et la forme de la coquille excluent l'hypothèse d'un mode de vie benthique. Le pédoncule maintenait probablement la coquille en position verticale au dessus de l'interface eau sédiment. Les particules alimentaires de l'eau auraient été extraites par le lophophore – un appareil filtreur situé entre les coquilles.

Haut de la page

Références

Bibliographie :

CARON, J.-B. AND D. A. JACKSON. 2008. Paleoecology of the Greater Phyllopod Bed community, Burgess Shale. Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 258: 222-256.

MATTHEW, G. F. 1902. Notes on Cambrian Faunas: Cambrian Brachiopoda and Mollusca of Mt. Stephen, B.C. with the description of a new species of Metoptoma. Transactions of the Royal Society of Canada, 4: 93-112.

PETTERSSON, S., L. E. HOLMER AND J.-B. CARON. 2010. First record of a pediculate linguloid from the Middle Cambrian Burgess Shale. Acta Zoologica, 91: 150-162.

SUTTON, M. D., M. G. BASSET AND L. CHERNS. 2000. The type species of Lingulella (Cambrian Brachiopoda). Journal of Paleontology, 74: 426-438.

WALCOTT, C. 1889. Description of new genera and species of fossils from the Middle Cambrian. United States National Museum, Proceedings for 1888: 441-446.

WALCOTT, C. 1908. Mount Stephen rocks and fossils. Canadian Alpine Journal, 1: 232-248.

WALCOTT, C. D. 1912. Cambrian Brachiopoda. United States Geological Survey, Monograph, 51: part I, 812 p; part II, 363 p.

WALCOTT, C. D. 1924. Cambrian and Ozarkian Brachioda. Cambrian Geology and Paleontology IV. Smithsonian Miscellaneous Collections, 67: 477-554.

Autres liens :

http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/j.1463-6395.2009.00394.x/abstract

Haut de la page