Galerie des fossiles

Micromitra burgessensis

Brachiopode doté d'épines longues et minces s'étendant depuis la marge de la coquille

Reconstitution 3D de Micromitra burgessensis avec d'autres brachiopodes (Acrothyra gregaria, Diraphora bellicostata, Nisusia burgessensis, et Paterina zenobia).

Reconstitution 3D de Phlesch Bubble © Musée royal de l'Ontario

Voir en format mp4

Média 1 des 5 pour Micromitra burgessensis Modèle
animé 3D
Média 2 des 5 pour Micromitra burgessensis Modèle 3D
Média 3 des 5 pour Micromitra burgessensis Photo
Média 4 des 5 pour Micromitra burgessensis Photo
Média 5 des 5 pour Micromitra burgessensis Photo

Taxonomie

Règne :

Animal

Embranchement :

Brachiopodes

Classe :

Paterinata (Ordre : Paterinida)

Affinité :

Micromitra appartient à la famille des Paterinidae.

Nom d'espèce :

Micromitra burgessensis

Nom du descripteur :

Walcott

Date de la description :

1908

Étymologie :

Micromitra – du grec mikros, « petit », et mitra, « turban ».

burgessensis – d'après le mont Burgess (2 599 m), pic dans le parc national du Canada Yoho. Le mont Burgess a été nommé en 1886 par Otto Klotz, arpenteur topographe du Dominion, en l'honneur d'Alexander Burgess, ancien sous ministre de l'Intérieur.

Spécimens types :

Holotype – USNM 69646 conservé au Musée national d'histoire naturelle de la Smithsonian Institution, Washington, D.C., États-Unis.

Autres espèces :

Schistes de Burgess et environs : aucune à ce jour. Les brachiopodes des schistes de Burgess, en particulier ceux des couches à trilobites du mont Stephen, devraient être réexaminés (voir Bref historique des recherches).

Autres dépôts : de nombreuses espèces. toutes de l'époque cambrienne ont été reconnues dans le monde.

Haut de la page

Âge

Periode :

Cambrien moyen, zone à Bathyuriscus-Elrathina (environ 505 millions d'années).

Haut de la page

Sites

Sites principaux :

Carrières Walcott et Raymond sur la crête aux Fossiles. D'autres sites sont répertoriés sur les monts Field et Stephen et près du glacier Stanley.

Haut de la page

Histoire de la recherche

Bref historique de la recherche :

Initialement identifiée sous le nom de Micromitra (Iphidella) pannula par Walcott en 1908, d'après les spécimens des couches à trilobites du mont Stephen (voir aussi Walcott, 1912), l'espèce a été redécrite en tant que nouvelle espèce par Resser en 1938. Basée sur une seule valve, et non illustrée, la description de Resser ne distingue pas Micromitra burgessensis des autres espèces du genre. La validité de l'espèce est par conséquent douteuse et exige une nouvelle évaluation.

Haut de la page

Description

Morphologie :

Micromitra burgessensis est le plus paré des brachiopodes des schistes de Burgess. À l'origine, la coquille était minéralisée. Les stries d'accroissement sont prononcées et de fines lignes surélevées rayonnent sur toute la coquille à partir de la charnière. Les intersections entre les différentes lignes créent de petits losanges sur le dessus de la coquille. Les valves sont subcirculaires et la charnière, presque droite. Les soies (setæ) longues et minces, qui s'étendent loin au delà des marges de la coquille, sont probablement les caractéristiques conservées les plus frappantes de l'animal. Elles auraient été attachées à la bordure du manteau le long des valves dorsale et ventrale.

Abondance :

Micromitra burgessensis est relativement commun dans la carrière Walcott, mais il ne représente qu'une petite fraction (inférieure à 0,3 %) de la faune (Caron et Jackson, 2008). Il est également présent dans la carrière Raymond sur la crête aux Fossiles.

Taille maximum :

10 mm

Haut de la page

Écologie

Mode de vie :

Épibenthique, sessile

Mode d'alimentation :

Suspensivore

Interprétations écologiques :

Beaucoup de spécimens de Micromitra burgessensis ont été fossilisés attachés aux spicules de l'éponge Pirania, ce qui suggère un mode de vie benthique. Soutenu au-dessus de l'interface sédiment eau, le brachiopode était probablement protégé de la boue floculée et mouvante qui aurait pu encrasser son appareil filtreur, le lophophore, situé entre les coquilles. Les soies auraient également aidé à empêcher l'entrée de particules de boue.

Haut de la page

Références

Bibliographie :

CARON, J.-B. AND D. A. JACKSON. 2008. Paleoecology of the Greater Phyllopod Bed community, Burgess Shale. Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 258: 222-256.

RESSER, C. E. 1938. Fourth contribution to nomenclature of Cambrian Fossils. Smithsonian Miscellaneous Collections, 97: 1-43.

WALCOTT, C. 1908. Mount Stephen rocks and fossils. Canadian Alpine Journal, 1: 232-248.

WALCOTT, C. D. 1912. Cambrian Brachiopoda. United States Geological Survey, Monograph, 51: part I, 812 p; part II, 363 p.

Autres liens :

Aucun

Haut de la page