Galerie des fossiles

Accueil > Galerie des fossiles > Odontogriphus

Odontogriphus omalus

Créature limaciforme qui s'alimentait en grattant le fond marin avec sa langue dentée

Reconstitution 3D d'Odontogriphus omalus.

Reconstitution 3D de Phlesch Bubble © Musée royal de l'Ontario

Voir en format mp4

Média 1 des 12 pour Odontogriphus omalus Modèle
animé 3D
Média 2 des 12 pour Odontogriphus omalus Modèle 3D
Média 3 des 12 pour Odontogriphus omalus Modèle 2D
Média 4 des 12 pour Odontogriphus omalus Photo
Média 5 des 12 pour Odontogriphus omalus Photo
Média 6 des 12 pour Odontogriphus omalus Photo
Média 7 des 12 pour Odontogriphus omalus Photo
Média 8 des 12 pour Odontogriphus omalus Photo
Média 9 des 12 pour Odontogriphus omalus Photo
Média 10 des 12 pour Odontogriphus omalus Photo
Média 11 des 12 pour Odontogriphus omalus Photo
Média 12 des 12 pour Odontogriphus omalus Photo

Taxonomie

Règne :

Animal

Embranchement :

Mollusques

Classe :

Halwaxiidés (Clade non classé, groupe souche des mollusques )

Affinité :

Odontogriphus est un membre primitif du groupe souche des mollusques (Caron et al., 2006; Sigwart et Sutton, 2007) ou un membre du groupe souche des lophotrochozoaires, lesquels incluent les mollusques, les annélides et les brachiopodes (Conway Morris et Caron, 2007). Une relation avec les annélides a été évoquée (Butterfield, 2006), mais elle semble moins probable (Caron et al., 2007).

Nom d'espèce :

Odontogriphus omalus

Nom du descripteur :

Conway Morris

Date de la description :

1976

Étymologie :

Odontogriphus – du grec odontos, « dent », et griphos, « énigme », en référence au caractère incertain des affinités de l'organisme.

omalus – du grec homalos, « plat », en référence à la forme aplatie de l'animal.

Spécimens types :

Holotype – USNM 196169 conservé au Musée national d'histoire naturelle de la Smithsonian Institution, Washington, D.C., États-Unis.

Autres espèces :

Schistes de Burgess et environs : aucune.

Autres dépôts : aucune.

Haut de la page

Âge

Periode :

Cambrien moyen, zone à Bathyuriscus-Elrathina (environ 505 millions d'années).

Haut de la page

Sites

Sites principaux :

Carrière Walcott sur la crête aux Fossiles; couches à tulipes (S7) sur le mont Stephen.

Haut de la page

Histoire de la recherche

Bref historique de la recherche :

Le premier spécimen connu, récolté par Walcott entre 1909 et 1924, n'a été étudié que plus de cinquante ans plus tard. Conway Morris a « redécouvert » l'empreinte et la contre-empreinte de ce spécimen dans différentes parties de la collection de Walcott et l'a décrit en 1976 sous le nom d'Odontogriphus omalus. Les affinités phylogénétiques d'Odontogriphus sont demeurées obscures jusqu'à ce que le Musée royal de l'Ontario découvre 189 nouveaux spécimens entre 1990 et 2000, ce qui a permis de réexaminer en profondeur l'animal (Caron et al., 2006).

Haut de la page

Description

Morphologie :

Cet animal au corps entièrement mou, ovoïde et comprimé dorso-ventralement, peut atteindre 125 mm de long et 43 mm de large. L'avant et l'arrière du corps sont semi-circulaires et de mêmes dimensions. La bouche, en position ventrale, consiste en une radula à deux rangées de dents primaires. Entre l'arrière de la bouche et l'extrémité postérieure du corps se trouve un pied musculaire entouré de branchies (ou cténidies), sauf à l'avant. La surface dorsale est lisse et dépourvue d'écailles, d'épines ou de plaques. L'intérieur du corps contient un grand estomac, conservé, et un intestin étroit et rectiligne débouchant sur un anus subterminal.

Abondance :

La plupart des spécimens proviennent de la carrière Walcott, où Odontogriphus représente 0,42 % de la faune (Caron et Jackson, 2008). Un spécimen a été trouvé au mont Stephen (site S7).

Taille maximum :

125 mm

Haut de la page

Écologie

Mode de vie :

Épibenthique, mobile

Mode d'alimentation :

Herbivore

Interprétations écologiques :

La présence d'une radula permet de penser qu'Odontogriphus était un brouteur qui utilisait ses dents pour prélever et ingérer sa nourriture. Les ondes locomotrices générées par le grand pied musculaire lui permettaient vraisemblablement de ramper sur les fonds marins. Odontogriphus pourrait avoir brouté les amas en feuillets de la cyanobactérie Morania, car les deux organismes ont souvent été trouvés ensemble dans les mêmes couches fossilifères.

Haut de la page

Références

Bibliographie :

BUTTERFIELD, N. J. 2006. Hooking some stem-group “worms”: fossil lophotrochozoans in the Burgess Shale. BioEssays, 28: 1161-1166.

CARON, J.-B., A. H. SCHELTEMA, C. SCHANDER AND D. RUDKIN. 2006. A soft-bodied mollusc with radula from the Middle Cambrian Burgess Shale. Nature, 442: 159-163.

CARON, J.-B., A. H. SCHELTEMA, C. SCHANDER AND D. RUDKIN. 2007. Reply to Butterfield on stem-group "worms:" fossil lophotrochozoans in the Burgess Shale. BioEssays, 29: 200-202.

CONWAY MORRIS, S. 1976. A new Cambrian lophophorate from the Burgess Shale of British Columbia. Palaeontology, 19: 199-222.

SIGWART, J. D. AND M. D. SUTTON. 2007. Deep molluscan phylogeny: synthesis of palaeontological and neontological data. Proceedings of the Royal Society B: Biological Sciences, 274: 2413-2419.

Autres liens :

http://www.nature.com/nature/journal/v442/n7099/full/nature04894.html

Haut de la page