Galerie des fossiles

Oikozetetes seilacheri

Possible animal ressemblant à une limace connu d'après seulement deux types de coquille

Oikozetetes seilacheri (USNM 276247a) – Holotype (image de gauche); (GSC 110395) – Paratype (image de droite). Morphes A et B, respectivement, représentés aux extrémités opposées d'un présumé animal ressemblant à une limace. Longueur = 2,5 mm (morphe A); 3,5 mm (morphe B). Spécimen sec, lumière directe. Carrière Walcott.

© Smithsonian Institution – Musée national d'histoire naturelle (image de gauche) et Commission géologique du Canada (image de droite). Photos : Jean-Bernard Caron

Média 1 des 1 pour Oikozetetes seilacheri Photo

Taxonomie

Règne :

Animal

Embranchement :

Mollusques

Classe :

Halwaxiidés (Clade non classé, groupe souche des mollusques )

Affinité :

Oikozetetes ferait partie des halkiériidés (Conway Morris, 1995), généralement considérés comme apparentés aux mollusques, mais peut-être plus anciens dans la branche des lophotrochozoaires (Conway Morris et Caron, 2007).

Nom d'espèce :

Oikozetetes seilacheri

Nom du descripteur :

Conway Morris

Date de la description :

1995

Étymologie :

Oikozetetes – du grec oikos, « maison », et du latin zetetes, « recherche », en référence à la difficulté de classer les fossiles dans la bonne « case » taxonomique.

seilacheri – d'après Adolf Seilacher, paléontologue allemand.

Spécimens types :

Holotype – UNSM 276247a conservé au Musée national d'histoire naturelle de la Smithsonian Institution, Washington, D.C., États-Unis.

Autres espèces :

Schistes de Burgess et environs : aucune.

Autres dépôts : une espèce non identifiée a été trouvée dans la formation de Mernmerna du Cambrien inférieur, dans la chaîne des Flinders, en Australie méridionale (Paterson et al., 2009).

Haut de la page

Âge

Periode :

Cambrien moyen, zone à Bathyuriscus-Elrathina (environ 505 millions d'années).

Haut de la page

Sites

Sites principaux :

Carrière Walcott sur la crête aux Fossiles.

Haut de la page

Histoire de la recherche

Bref historique de la recherche :

Le genre Oikozetetes des schistes de Burgess n'a pas fait l'objet de recherches depuis sa description initiale par Conway Morris en 1995. Cet auteur a noté la ressemblance des coquilles avec celles, récemment découvertes, d'Halkieria (Conway Morris et Peel, 1990, 1995) et postulé que les deux formes distinctes de coquilles appartiennent à un seul et même animal. Depuis, trois coquilles semblables à celles d'Oikozetetes ont été découvertes en compagnie de sclérites minéralisées de type Halkieria dans des sédiments en Australie (Paterson et al., 2009).

Haut de la page

Description

Morphologie :

Les deux seuls fossiles connus d'Oikozetetes sont deux coquilles minéralisées (morphes A et B) dont la taille atteint généralement environ 6 mm. Il est supposé que les coquilles se trouvaient à une extrémité ou l'autre d'un animal en forme de limace semblable à Halkieria mesurant environ 6 mm de long. Cet organisme était peut-être couvert de sclérites semblables à celles de Wiwaxia ou possédait simplement un épiderme résistant qui n'a cependant pas été préservé. La coquille frontale (morphe A) ressemble à celle d'un pétoncle, et son point postérieur est entouré de crêtes concentriques représentant probablement des stries d'accroissement; les grandes ailes forment une pointe de flèche orientée vers l'arrière. La coquille postérieure (morphe B), qui porte elle aussi des crêtes concentriques, est fortement bombée et en forme de D.

Abondance :

Oikozetetes est rare et souvent confondu dans les collections avec des fragments de l'animal Scenella. La description faite par Conway Morris (1995) reposait sur 29 spécimens.

Taille maximum :

10 mm

Haut de la page

Écologie

Mode de vie :

Épibenthique, mobile

Mode d'alimentation :

Herbivore?

Interprétations écologiques :

Comme d'autres formes des schistes de Burgess ressemblant à des limaces, Oikozetetes se nourrissait probablement parmi les amas de la cyanobactérie Morania qui tapissaient les fonds marins durant le Cambrien (Caron et al., 2006).

Haut de la page

Références

Bibliographie :

CARON, J.-B., A. H. SCHELTEMA, C. SCHANDER AND D. RUDKIN. 2006. A soft-bodied mollusc with radula from the Middle Cambrian Burgess Shale. Nature, 442: 159-163.

CONWAY MORRIS, S. 1995. Enigmatic shells, possibly halkieriid, from the Middle Cambrian Burgess Shale, British Columbia. Neues Jahrbuch für Geologie und Palaeontologie. Abhandlungen, 195: 319-331.

CONWAY MORRIS, S. AND J. S. PEEL. 1990. Articulated halkieriids from the Lower Cambrian of north Greenland. Nature, 345: 802-805.

CONWAY MORRIS, S. AND J. S. PEEL. 1995. Articulated halkieriids from the Lower Cambrian of North Greenland and their role in early protostome evolution. Philosophical Transactions of the Royal Society of London Series B, 347: 305-358.

PATERSON, J. R., G. A. BROCK AND C. B. SKOVSTED. 2009. Oikozetetes from the early Cambrian of South Australia: implications for halkieriid affinities and functional morphology. Lethaia, 42: 199-203.

Autres liens :

Aucun

Haut de la page