Galerie des fossiles

Opabinia regalis

Arthropode primitif doté de cinq yeux et d'une longue trompe à pince

Reconstitution 3D d'Opabinia regalis.

Reconstitution 3D de Phlesch Bubble © Musée royal de l'Ontario

Voir en format mp4

Média 1 des 9 pour Opabinia regalis Modèle
animé 3D
Média 2 des 9 pour Opabinia regalis Modèle 3D
Média 3 des 9 pour Opabinia regalis Modèle 2D
Média 4 des 9 pour Opabinia regalis Dessin
Média 5 des 9 pour Opabinia regalis Dessin
Média 6 des 9 pour Opabinia regalis Photo
Média 7 des 9 pour Opabinia regalis Photo
Média 8 des 9 pour Opabinia regalis Photo
Média 9 des 9 pour Opabinia regalis Photo

Taxonomie

Règne :

Animal

Embranchement :

Arthropodes

Classe :

Dinocarida (Ordre : Radiodonta, groupe souche des arthropodes)

Affinité :

Opabinia est un anomalocaride. Les anomalocarides sont considérées comme un taxon basal des euarthropodes de la lignée souche (p. ex., Budd, 1996; Zhang et Briggs, 2007; Daley et al., 2009), un taxon basal du groupe des arthropodes chélicérates (p. ex., Chen et al., 2004) et un groupe-frère des arthropodes (p. ex., Hou et al., 2006).

Nom d'espèce :

Opabinia regalis

Nom du descripteur :

Walcott

Date de la description :

1912

Étymologie :

Opabinia – d'après le col Opabin (2 606 m) situé entre les monts Hungabee et Biddle dans le parc national du Canada Yoho. Nom donné au col par Samuel Allen en 1894 dérivé du mot assiniboine des Nakoda signifiant « rocheux ».

regalis – du latin regalis, « royal » ou « majestueux ».

Spécimens types :

Lectotype – USNM 57683 conservé au Musée national d'histoire naturelle de la Smithsonian Institution, Washington, D.C., États-Unis.

Autres espèces :

Schistes de Burgess et environs : aucune.

Autres dépôts : aucune.

Haut de la page

Âge

Periode :

Cambrien moyen, zone à Bathyuriscus-Elrathina (environ 505 millions d'années).

Haut de la page

Sites

Sites principaux :

Carrières Walcott et Raymond sur la crête aux Fossiles.

Haut de la page

Histoire de la recherche

Bref historique de la recherche :

Opabinia regalis a été décrite pour la première fois par Walcott (1912) en tant qu'espèce la plus primitive de tous les arthropodes des schistes de Burgess. En raison de sa morphologie singulière, notamment son étrange « trompe » frontale, Opabinia est devenue un fossile emblématique de la faune de Burgess. De nombreuses hypothèses ont été formulées quant à ses affinités phylogénétiques et son mode de vie. Une reconstitution célèbre montre l'animal en train de nager « à l'envers », à la manière d'un crustacé anostracé (Hutchinson, 1930).

Il a cependant fallu attendre la nouvelle description de Whittington (1975) pour que la morphologie d'Opabinia soit révélée comme l'une des plus énigmatique entre tous les fossiles. En fait, cette morphologie était si originale que la première version de sa reconstitution par Whittington dans une réunion de paléontologues en 1972, a provoqué l'hilarité générale.

Dans des travaux ultérieurs, Bergström (1986) a relevé des similitudes entre Opabinia et les spécimens complets d'Anomalocaris récemment découverts (Whittington et Briggs, 1985) et a révisé la description des branchies et de la trompe frontale. Budd (1996) a été le premier à placer Opabinia dans la lignée souche des euarthropodes (juste en dessous des anomalocarides). Il a en outre émis l'hypothèse de la présence de membres au niveau du tronc, bien que Zhang et Briggs (2007) l'aient contestée. La présence ou l'absence de tels membres demeure un sujet controversé (Budd and Daley, 2011).

Haut de la page

Description

Morphologie :

Opabinia est doté de cinq yeux et d'une « trompe » frontale ou proboscide. Son corps comporte des branchies et des lobes latéraux répétés en séries et un éventail caudal de belles dimensions. Le corps complet mesure entre 4,3 et 7 cm (proboscide exclue). La marge antérieure de la tête, arrondie, accueille les cinq yeux composés en forme de bulbe juchés sur de courts pédoncules à la surface dorsale de la tête. La proboscide, d'aspect annelé, est quatre fois plus longue que la tête. Hautement flexible, elle se termine par une pièce distale fusionnée consistant en une paire de pinces opposées munies de cinq ou six épines chacune. La bouche est ventrale et orientée vers l'arrière.

Le tronc est divisé en 15 segments portant chacun une paire de lobes latéraux, qui portent à leur tour des structures branchiales constituées de séries de lamelles lancéolées. La position exacte des branchies (dorsale, ventrale ou postérieure) par rapport aux lobes est sujette à controverse. L'éventail caudal se compose de trois paires de nageoires orientées vers le haut. La région centrale du corps donne un aperçu de la cavité abdominale principale. Sur certains fossiles, une ligne sombre, correspondant à la trace de l'intestin, forme un coude vers l'avant à partir de la bouche ventrale orientée postérieurement, puis s'étire sur toute la longueur du corps. Des structures sphériques appariées proches du canal alimentaire pourraient avoir été des glandes intestinales. D'énigmatiques formes triangulaires dans la région centrale du corps ont été alternativement interprétées comme des pattes comparables à des lobopodes (Budd, 1996) ou des diverticules (extensions) non différentiés de l'intestin (Whittington, 1975; Zhang et Briggs, 2007).

Abondance :

Opabinia est rare avec seulement 42 spécimens recensés dans toutes les collections. Dans la carrière Walcott, Opabinia ne représente que 0,006 % de la faune (Caron et Jackson, 2008).

Taille maximum :

101 mm

Haut de la page

Écologie

Mode de vie :

Nectonique, mobile

Mode d'alimentation :

Carnivore

Interprétations écologiques :

Opabinia nageait grâce aux vagues d'ondulations de ses lobes latéraux, qui le propulsaient en avant, et son éventail caudal jouait le rôle de gouvernail. Opabinia utilisait probablement la paire de pinces distales de sa trompe flexible pour attraper des aliments mous et les porter à sa bouche ventrale.

Haut de la page

Références

Bibliographie :

BERGSTRÖM, J. 1986. Opabinia and Anomalocaris, unique Cambrian ‘arthropods.’ Lethaia, 19: 241-46.

BUDD, G.E. 1996: The morphology of Opabinia regalis and the reconstruction of the arthropod stem group. Lethaia, 29: 1-14.

BUDD, G.E. AND A. DALEY. 2011. The lobes and lobopods of Opabinia regalis from the middle Cambrian Burgess Shale. Lethaia, DOI: 10.1111/j.1502-3931.2011.00264.x.

CARON, J.-B. AND D. A. JACKSON. 2008. Paleoecology of the Greater Phyllopod Bed community, Burgess Shale. Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 258: 222-256.

HUTCHINSON, G.E. 1930. Restudy of some Burgess Shale fossils. Proceedings of the U.S. National Museum, 78: 1-11.

WALCOTT, C. D. 1912. Middle Cambrian Branchiopoda, Malacostraca, Trilobita and Merostomata. Smithsonian Miscellaneous Collections, 57: 145-228.

WHITTINGTON, H.B. 1975. The enigmatic animal Opabinia regalis, Middle Cambrian, Burgess Shale, British Columbia. Philosophical Transactions of the Royal Society of London, Series B: Biological Sciences, 271: 1-43.

WHITTINGTON, H. B. AND D. E. G. BRIGGS. 1985. The largest Cambrian animal, Anomalocaris, Burgess Shale, British Columbia. Philosophical Transactions of the Royal Society of London Series B-Biological Sciences, 309: 569-609.

ZHANG, X.-G. AND D. E. G. BRIGGS. 2007: The nature and significance of the appendages of Opabinia from the Middle Cambrian Burgess Shale. Lethaia, 40: 161-173.

Autres liens :

http://paleobiology.si.edu/burgess/opabinia.html

Haut de la page