Galerie des fossiles

Ottoia prolifica

Le ver le plus commun des schistes de Burgess

Reconstitution 3D d'Ottoia prolifica.

Reconstitution 3D de Phlesch Bubble © Musée royal de l'Ontario

Voir en format mp4

Média 1 des 7 pour Ottoia prolifica Modèle
animé 3D
Média 2 des 7 pour Ottoia prolifica Modèle 3D
Média 3 des 7 pour Ottoia prolifica Modèle 2D
Média 4 des 7 pour Ottoia prolifica Photo
Média 5 des 7 pour Ottoia prolifica Photo
Média 6 des 7 pour Ottoia prolifica Photo
Média 7 des 7 pour Ottoia prolifica Photo

Taxonomie

Règne :

Animal

Embranchement :

Priapuliens

Classe :

Clade non classé (groupe souche des priapuliens)

Affinité :

Ottoia a été comparé aux némathelminthes (Maas et al., 2007), mais la plupart des analyses appuient l'hypothèse d'un lien avec les priapuliens au niveau du groupe souche (Harvey et al., 2010; Wills, 1998).

Nom d'espèce :

Ottoia prolifica

Nom du descripteur :

Walcott

Date de la description :

1911

Étymologie :

Ottoia – d'après le col d'Otto (2 106 m d'altitude), situé à quelques kilomètres au nord-ouest des schistes de Burgess, nommé d'après Otto Klotz, astronome qui a travaillé pour le ministère de l'Intérieur le long du Chemin de fer Canadien Pacifique (pour en savoir plus sur Otto Klotz, visiter la section « Premières découvertes »).

prolifica – du latin proles, « lignée », et ferax, « fécond », en référence au grand nombre de spécimens découverts.

Spécimens types :

Lectotype – USNM 57619 conservé au Musée national d'histoire naturelle de la Smithsonian Institution, Washington, D.C., États-Unis.

Autres espèces :

Schistes de Burgess et environs : aucune.

Autres dépôts : Ottoia sp., des schistes de Pioche (Nevada) du Cambrien inférieur (Lieberman, 2003).

Haut de la page

Âge

Periode :

Cambrien moyen, de la zone à Bathyuriscus-Elrathina à la zone à Ptychagnostus punctuosus (environ 505 millions d'années).

Haut de la page

Sites

Sites principaux :

Schistes de Burgess et environs : carrières Walcott et Raymond sur la crête aux Fossiles; carrière Collins; couches à tulipes (S7); sites moins importans sur le mont Stephen; sites moins importants sur les monts Field et Odaray et dans le cirque Monarch.

Autres dépôts : l'espèce est également présente dans les schistes de Spence et la formation de Marjum du Cambrien moyen, dans l'Utah (Conway Morris et Robison, 1986).

Haut de la page

Histoire de la recherche

Bref historique de la recherche :

Dans sa description originale, Charles Walcott (1911) a classé provisoirement Ottoia dans le groupe aujourd'hui démantelé des vers gephyrés, qui englobait les priapuliens, les sipunculiens et les échiuriens. Son insistance à le comparer aux sipunculiens a incité certains auteurs à le ranger dans cet embranchement. D'autres, cependant, ont proposé des affinités avec les acanthocéphales, vers parasites, ou avec les priapuliens (Banta et Rice, 1970). Ce n'est que dans les années 1970 qu'une nouvelle analyse des fossiles a eu lieu. Banta et Rice (1970) et Conway Morris (1977) ont alors proposé une relation avec les priapuliens, subséquemment reconnue comme située au niveau d'un groupe souche (Wills, 1998). D'autres chercheurs se sont concentrés sur l'écologie des formes connues des schistes de Burgess (Bruton, 2001; Vannier, 2009; Vannier et al., 2010).

Haut de la page

Description

Morphologie :

Ottoia est un ver priapulien doté d'une pièce buccale dentée (proboscide) qui pouvait être éversée dans le tronc et d'une courte queue également éversible. L'animal pouvait atteindre 15 cm de long; les plus petits spécimens – vraisemblablement des juvéniles, mais par ailleurs identiques aux adultes – ne mesuraient que 1 cm. Le proboscide portait 28 rangées de crochets et, intercalées parmi elles, des épines de dimensions diverses. La plupart des spécimens sont courbés en U, et leur tube digestif rempli de sédiments est souvent visible au centre du corps. Le tronc est annelé et porte deux ensembles de quatre crochets disposés en rond dans la région postérieure. Ce sont là les seules traces de symétrie bilatérale, l'organisme présentant de façon générale une symétrie radiale. Ottoia remplaçait périodiquement sa cuticule (mue de croissance).

Abondance :

Ottoia est un des organismes les plus abondants de la faune de Burgess, comptant pour plus de 80 % des priapuliens à la carrière Walcott (Conway Morris, 1977) et pour plus de 1,3 % de toute la faune de cette carrière (Caron et Jackson, 2008); des milliers de spécimens sont connus.

Taille maximum :

150 mm

Haut de la page

Écologie

Mode de vie :

Endobenthique, mobile

Mode d'alimentation :

Carnivore

Interprétations écologiques :

La présence de spécimens d'Haplophrentis carinatus préservés dans le tube digestif du ver indique que cet hyolithe constituait une composante importante du régime alimentaire d'Ottoia (Conway Morris, 1977). Une dalle renferme également neuf spécimens en train de se nourrir sur la carcasse d'un spécimen de Sidneyia mort depuis peu (Bruton, 2001).

Haut de la page

Références

Bibliographie :

BANTA, W. C. AND M. E. RICE. 1970. A restudy of the Middle Cambrian Burgess Shale fossil worm, Ottoia prolifica. International Symposium on the Biology of the Sipuncula and Echiura 2, Kotor: 79-90.

BRUTON, D. L. 2001. A death assemblage of priapulid worms from the Middle Cambrian Burgess Shale. Lethaia, 34(2):163-167.

CARON, J.-B. AND D. A. JACKSON. 2008. Paleoecology of the Greater Phyllopod Bed community, Burgess Shale. Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 258: 222-256.

CONWAY MORRIS, S. 1977. Fossil priapulid worms. Special Papers in Palaeontology, 20: 1-95.

CONWAY MORRIS, S. AND J. S. PEEL. 2009. New Palaeoscolecidan Worms from the Lower Cambrian: Sirius Passet, Latham Shale and Kinzers Shale. Acta Palaeontologica Polonica, 55(1): 141-156.

HARVEY, T. H. P., X. DONG AND P. C. J. DONOGHUE. 2010. Are palaeoscolecids ancestral ecdysozoans? Evolution & Development, 12(2): 177-200.

MAAS, A., D. HUANG, J. CHEN, D. WALOSZEK AND A. BRAUN. 2007. Maotianshan-Shale nemathelminths - Morphology, biology, and the phylogeny of Nemathelminthes. Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 254(1-2): 288-306.

WALCOTT, C. 1911. Cambrian Geology and Paleontology II. Middle Cambrian annelids. Smithsonian Miscellaneous Collections, 57(5): 109-145.

Autres liens :

http://paleobiology.si.edu/burgess/ottoia.html

Haut de la page