Galerie des fossiles

Paterina zenobia

Brachiopode aux stries d'accroissement saillantes

Reconstitution 3D de Paterina zenobia avec d'autres brachiopodes (Acrothyra gregaria, Diraphora bellicostata, Micromitra burgessensis, et Nisusia burgessensis).

Reconstitution 3D de Phlesch Bubble © Musée royal de l'Ontario

Voir en format mp4

Média 1 des 4 pour Paterina zenobia Modèle
animé 3D
Média 2 des 4 pour Paterina zenobia Modèle 3D
Média 3 des 4 pour Paterina zenobia Photo
Média 4 des 4 pour Paterina zenobia Photo

Taxonomie

Règne :

Animal

Embranchement :

Brachiopodes

Classe :

Paterinata (Ordre : Paterinida)

Affinité :

Brachiopode de la famille des Paterinidae.

Nom d'espèce :

Paterina zenobia

Nom du descripteur :

Walcott

Date de la description :

1912

Étymologie :

Paterina – du latin pater, « père », l'espèce étant considérée comme l'ancêtre des brachiopodes modernes, et du suffixe diminutif ina, « dérivé de ».

zenobia – peut-être du grec Zeon, variante de Zeus.

Spécimens types :

Syntype – USNM 58311; plésiotypesUSNM 56907, 51483 et 69631-69637 conservés au Musée national d'histoire naturelle de la Smithsonian Institution, Washington, D.C., États-Unis.

Autres espèces :

Schistes de Burgess et environs : aucune à ce jour. Les brachiopodes des schistes de Burgess, en particulier ceux des couches à trilobites du mont Stephen, devraient être réexaminés (voir Bref historique des recherches).

Autres dépôts : plusieurs espèces du Cambrien inférieur à moyen sont connues dans le monde.

Haut de la page

Âge

Periode :

Cambrien moyen, zones à Glossopleura et Bathyuriscus-Elrathina (environ 505 millions d'années).

Haut de la page

Sites

Sites principaux :

Carrière Walcott sur la crête aux Fossiles et couches à trilobites du mont Stephen.

Haut de la page

Histoire de la recherche

Bref historique de la recherche :

À l'origine, Walcott a associé les spécimens recueillis dans les schistes de Burgess et sur le mont Stephen à Micromitra zenobia (Walcott, 1912) et à une sous-espèce de Paterina stissingensis appelée Paterina stissingensis ora (Walcott, 1912). Les deux taxons ont été redécrits par Resser (1938) en tant que Paterina zenobia, nom encore utilisé actuellement. Cependant, des similarités étroites entre espèces des deux genres susmentionnés ont compliqué la définition des caractéristiques propres à chaque genre et ont entraîné des erreurs d'identification touchant de nombreux spécimens.

Haut de la page

Description

Morphologie :

Paterina est le genre type de la classe Paterinata, l'une des plus anciennes et des plus primitives de l'embranchement. À la différence de nombreux brachiopodes modernes, sa ligne cardinale est droite et s'étend sur presque toute la largeur de la coquille. La coquille, modérément biconvexe, ne présente pas de marques de phases distinctes de développement et devait s'accroître de manière continue. Les stries d'accroissement extérieures sont épaisses et régulières. Certains spécimens adultes présentent à l'apex des crêtes rayonnantes à peine visibles. Aucune partie molle conservée n'a été observée; à l'origine, la coquille était minéralisée.

Abondance :

L'espèce est rare dans la carrière Walcott et représente une très petite fraction (inférieure à 0,05 %) de la faune (Caron et Jackson, 2008).

Taille maximum :

11 mm

Haut de la page

Écologie

Mode de vie :

Épibenthique, sessile

Mode d'alimentation :

Suspensivore

Interprétations écologiques :

Paterina s'attachait probablement au substratum à l'aide d'un très court pédoncule. Les particules alimentaires de l'eau aurait été extraites par le lophophore – un appareil filtreur situé entre les coquilles.

Haut de la page

Références

Bibliographie :

CARON, J.-B. AND D. A. JACKSON. 2008. Paleoecology of the Greater Phyllopod Bed community, Burgess Shale. Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 258: 222-256.

RESSER, C. E. 1938. Fourth contribution to nomenclature of Cambrian Fossils. Smithsonian Miscellaneous Collections, 97: 1-43.

WALCOTT, C. D. 1912. Cambrian Brachiopoda. United States Geological Survey, Monograph, 51: part I, 812 p; part II, 363 p.

Autres liens :

Aucun

Haut de la page