Science

Accueil > Science > Les schistes de Burgess

Les schistes de Burgess

Les schistes de Burgess constituent un véritable trésor scientifique. Habituellement, seuls les os et les coquilles des organismes se retrouvent sous forme fossile. Or, la faune des schistes de Burgess est presque exclusivement composée d’animaux à corps mou qui, dans des circonstances normales, n’auraient eu aucune chance de se conserver. Étant donné le caractère exceptionnel de ces fossiles et la position unique du site, à la fin de l’un des événements évolutifs les plus importants dans l’histoire de la vie – l’apparition des animaux lors de l’explosion cambrienne – il n’y a peut-être rien d’étonnant à ce que les schistes de Burgess continuent d’attirer des chercheurs du monde entier.

Bien qu’il se soit écoulé plus de cent ans depuis la découverte du site principal des schistes de Burgess, les recherches de terrain continuent à produire de nouveaux fossiles, dont beaucoup n’ont pas encore été décrits. La découverte de spécimens de meilleure qualité, l’aboutissement de nouvelles techniques d’analyse ou l’éclosion de nouvelles interprétations vont permettre aux chercheurs d’explorer à nouveau des espèces déjà connues.

Travail à la masse dans les schistes de Burgess

Délimitation des fouilles du Musée royal de l’Ontario, en contrebas de la carrière de Walcott, en 1999. Le mont Burgess se dessine à l’arrière-plan.

© Musée royal de l’Ontario. Photo : Jean-Bernard Caron.

Dans la présente section, nous donnerons un aperçu de l’état actuel des connaissances en ce qui concerne le milieu des schistes de Burgess, les fossiles extraordinaires trouvés dans la région et les circonstances qui en ont permis la conservation. Beaucoup d’aspects de la question, comme les affinités de certains animaux et les facteurs particuliers de leur préservation, continuent à faire l’objet d’interprétations différentes et de discussions fructueuses entre chercheurs.